Chroniques vinyles
13
Déc
2004

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Process et Five days to Pandemonium montrent que MORGUE n’a pas enlevé le pied de l’accélérateur

malgré l’arrêt inattendu de l’agression gutturale que nous aimions tant sur les fabuleux Bonecrunch et Artgore. On aurait presque envie de parler de post-death metal tant le groupe garde ses réflexes d’antan tout en mâtinant ses compositions de dissonances noise et de rupture hardcore, sans parler des hurlements insensés. Dans tous les cas, les tympans sont méthodiquement bastonnés, on se demande ce que tout ça va donner sur scène, sûrement quelque chose de très méchant à n’en pas douter.

Avec En mon nom et En vain, CARMINA (avec des ex-ANANDA) évolue dans un domaine death metal brutal et sombre d’où émanent parfois des fragrances sulfureuses rappelant CANNIBAL CORPSE, IMMOLATION et INCANTATION entre autres. Autant dire que les parties lentes et massives pulvérisent et que les accélérations s’avèrent frénétiques. Le groupe a choisi le chant en français, rien de plus logique pour des français, c’est juste simplement dommage de n’avoir pas imprimé les textes car reconnaissons que nous ne comprenons pas tout aux grognements du chanteur. Un très bon groupe à surveiller de près.

Inclus un insert avec textes de MORGUE et illustrations. Vinyle orange transparent et chouette couv’ (serait-ce un T6 ?).

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

giallo thriller italie cinéma bis érotisme
uriah heep hard rock progressif cd