Une petite contribution ?

Chroniques vinyles
26
Jui
2017

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Pour commencer la semaine du bon pied, autant oublier LAMORT.

Car les marseillais ne se sont toujours pas décidés à jouer la carte du bucolique 1, on a affaire ici à une étrange bande originale sinistre et rampante, vénéneuse et abrasive, qui t’attend au coin d’une rue sordide pour te coller un méchant coup sur la caboche.

Les circonvolutions menaçantes des cordes, les laminoirs inexorables des baguettes, la torture de cette gorge, tout mène à l’abattoir sonique. D’une ambiance typiquement sludge à des dissonances noise quasi-black metal on passe parfois à une décadence punk du plus bel effet quand ce n’est pas le free jazz qui se fraie une chemin dans cette ruche furieuse, c’est d’ailleurs marrant comme on voit toujours LAMORT comme un télescopage nihiliste et expérimental entre le plus dangereux de nombre de styles finalement faits pour s’entendre quand il s’agit de mettre le barouf.

Et en vinyle (limité à 300 copies), c’est encore plus criant, pour utiliser un mot adéquat une fois de temps en temps. Pour ceux qui veulent s’assurer de la puissance du poison, de la première à La Dernière giclée de ce fameux Jus, y a un bandcamp fait pour ça, tchèque donc https://lamortdeadmusic.bandcamp.com/ mais posséder l'objet sera définitivement la bonne idée à avoir, cette couv' tue d'ailleurs.   

1 on a déjà causé de LAMORT, voir LAMORT [Fra] 4 songs + live (Vulva Prod) 2010 et GLU [Fra] / LAMORT [Fra] Split (Rekin Recs / Vulva Prod) 2012, et comme on trouve dans ce groupe un membre de DROG, allez aussi voir DROG [Fra] 2008-2012 (Vulva Prod) 2013, ça vous fera les pieds.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

lp death black australian metal
halloween michael myers horreur slasher fantastique