Une petite contribution ?

Chroniques vinyles
13
Oct
2021

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

blues rock hard psychédélique Angleterre LP

Des petits malins chez Pye Recs comme on vous le disait!

Maintenant que la poule fait des œufs d’or, le label se précipite sur la moindre occasion pour célébrer - avec de gros guillemets - la sortie d'un album de leurs anciens poulains avec une compilation de derrière les fagots.

Puisque le Best of de l'année précédente se faisait fort de mettre sous la dent des nouveaux fans les morceaux qui ressemblaient à peu de choses près à ce que STATUS QUO commence à pratiquer au tout début des années 1970, c'est-à-dire un boogie rock entraînant, pop et chantant, et qui finit par toucher son public de surcroît, ce 33-tours revient sur une époque où les Britanniques commettaient encore à leur manière un rock post-psychédélique pas mauvais du tout mais simplement plutôt loin de leur nouveau répertoire.

Comme on n’hésite jamais à prendre les fans pour des gogos, on leur refile les vieux plats sous une nouvelle couverture : le Spicks And Specks de Barry Gibb des BEE GEES pas encore disco, le tube Pictures Of Matchstick Men, le guilleret Ice In The Sun et Green Tambourine (issus du premier album Picturesque matchstickable messages from The Status Quo de 1968), Poor Old Man (Spare parts, 1969), Junior's Wailing, Lazy Poker Blues et Is It Really Me ? Gotta Go Home (Ma Kelly's Greasy Spoon, 1970) et Someone's Learning (Dog of Two Head, 1971) et pour jouer un peu l’invité de luxe, on trouve aussi le single The Price Of Love (un titre des EVERLY BROTHERS) sorti à l’époque de Spare parts mais indépendamment de l’album.

Bref, rien de vraiment inédit, juste un disque, encore un, à sauver des bacs à bouses. Sans plus.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac