Chroniques vinyles
04
Aoû
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Après le sale plan hypocrite d’août 1989 où NIHILIST est transformé en ENTOMBED pour le simple fait de se débarrasser de lui en douceur,

le bassiste Johnny Hedlund n’est pas du genre à se laisser abattre. Il monte son UNLEASHED dans la foulée avec Robert Sennebäck (guitare / chant, de chez DISMEMBER), Fredrik Lindgren (guitare) et Anders Schultz (batterie). Après une première démo en mars 1990 (The Utter dark) qui fait un carton chez plusieurs milliers de fans et tape-traders du monde entier, en septembre de la même année sort …Revenge, qui va suivre le même chemin dans le cœur bien dissimulé des passionné de metal de la Mort. Au point que Chickenbrain Records en sort une version vinyle en même temps qu’un nouveau tirage cassette.

Ô joie pour ceux qui étaient trop jeunes pour posséder ce bijou ou pas des fils à Papa fouinant sur Ebay, l’éditeur Seven Metal Inches Records 1 a effectué une réédition qui donne l’occasion d’écouter dans de bonnes conditions trois titres de death metal sauvage et pas forcément sur la même ligne que les autres groupes de swedeath de l’époque. Est-ce la colère de son leader qui fait d’UNLEASHED un groupe plus noir et agressif ? En tout cas, la formation ne fait pas de prisonniers et The Utterdark revenge, Unleashed et Where life ends sont des classiques d’une époque dorée. Hail Death !

Trois versions différentes : un picture-disc (300 copies), une cire violette (100) et une box ultra-limitée pour les plus fortunés (30). Pour la version picture que nous possédons, la pochette comporte les paroles imprimées et une liner-note d’Anders Schultz (hey, how are you my friend ? Remember the Wolf Throne in Paris, all hailz to punk / crust uh ?!).

1 afin de lire plein d’autres chroniques sur les gens cités, clique juste sur leur nom en rouge.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

go public pop punk lyon cd
autopsy american doom death metal vinyle