Une petite contribution ?

Chroniques vinyles
22
Juil
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

black thrash metal suisse vinyle celtic frost

CS’étant déjà bien fait remarquer par l’affreux et néanmoins pionnier HAMMERHEAD / HELLHAMMER,

les suisses Tom G. Warrior, Martin E. Ain et Stephen Priestly sont de retour avec un autre projet nommé CELTIC FROST qui va prendre de l’importance et précipiter l’autre dans l’oubli pour quelque temps (le titre Procreation of the wicked étant d’ailleurs annoncé comme faisant partie d’un album à venir début 1985, du nom de To Mega Therion).

Noires et sauvages comme un VENOM qui aurait appris à jouer moins basique et plus sombre, les Morbid tales de CELTIC FROST, enregistrées et mixées à Berlin-Ouest avec Horst Müller (qui a sévi ou sévira pour les allemands RUNNING WILD, SODOM, KREATOR, IRON ANGEL ou DESTRUCTION) s’inspirent des Forces du Mal ayant émaillé l’Histoire (Gilles de Rais, le culte égyptien de Nitocris, le Livre des Morts des Yezidis…), des pratiques occultes (la magie noire), de la Mort ou simplement de la bêtise humaine pour créer un univers sinistre et brutal qui inspirera comme son prédécesseur (et le suédois Quorthon de BATHORY) un nombre démentiel de groupes radicaux se réclamant du côté obscur.

Un croisement super dark du speed / thrash, du hardcore punk bourrin, d’une messe noire et de la bande originale d’un film d’horreur vintage, rien que pour vos oreilles, et un énorme classique pour le black metal première formule.

Cette réédition contenait un petit poster que le premier possesseur du disque avait dû accrocher à son mur de chambrette, sacrebleu, mais le disque se suffit à lui-même, aaaargh !!!

P. S. : une très jolie réédition est sortie depuis, voir CELTIC FROST [Swi] Morbid tales (Noise Recs - 1984 Réédition 2017).

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

rap metal ratm biographie fusion livre