Chroniques vinyles
01
Aoû
2022

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

reagan burger crossover hardcore thrashcore français vinyle

On a du bol, on fait partie des 2 % qui peuvent comprendre un tel attrait pour le punkrustoverthrashcore typiquement années 80 de REAGAN BURGER.

Bourré d’humour et de clins d’œil, les seize titres réveilleront en sursaut les fans de ces hordes disparues ou en décomposition avancée dont les noms faisaient jadis rêver le lecteur de Metal Hammer (CRUMBSUCKERS, WEHRMACHT, S.O.D., M.O.D., C.O.C., SEPTIC DEATH, CARNIVORE, NUCLEAR ASSAULT et même D.R.I. tiens pisqu’on les signale à quelques kilomètres de la maison d’adoption, argh !!), déclencheront la transformation de l’auditeur en secoueur de tronche zombifié, amèneront presqu’aussi sûrement le besoin d’ouvrir une canette et se la jouer Barney Gumble, un trip d’intellectuels donc, magnifié par un son qui râpe made in Disvlar Studio, un nom que l’on lit souvent sur de très bons disques. Il en va de même avec celui-ci, on avait besoin de fun et de bagarre, on est servi.

En quelques mots, le voisin de la Bête avait décidé de s’acheter un plus gros bateau. C’était sans compter une année sans lumière, occultée par la méchante main du destin qu’un bâtard avait échangée contre les deux jambes cassées du Fossoyeur. Les Zombies Contre le Fascisme, en plein trip de napalm, en profitèrent pour organiser un flash mob Thrashcore aux doux cris de « Vive la Commune ! ». La Machine de Guerre policière dût intervenir après avoir envoyé le traditionnel coup de semonce : « gare au métal dans ton cul ! » et essuyé un ACAB à peine camouflé : un vrai carnage qui vit les morts-vivants triompher sans effort. Comment ça, ça ne veut rien dire ?! Vous me gonflez ! Hop, nous on retourne à ce drive furibard de Limoges, faut bien s’nourrir nan ? Un menu de la mort pour le bolide à becquet, un !

N. B. : il faut signaler que le groupe semble se diriger vers un style bien plus progressif et de longues pièces musicales chiadées, en effet Evil Hand Of Doom dépasse officiellement d’une seconde les trois minutes, si ça c’est pas un indice chez un groupe qui peine habituellement à atteindre les deux minutes trente !

308 copies avec leur sous-bock numéroté à la main, pochette ouvrante vers un travail photographique exemplaire (version CD digipak disponible aussi). Et on est très content de compter une belle grappe de copains dans la liste de remerciements, salut à tous ceux qui nous liront !
 

https://reaganburger.bandcamp.com/album/shitburgers-of-death

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

corrupted japon sludge doom cd
grindcore death metal brutal truth cd
reptaliens american pop rock cd
french black death metal split cd
caddeo giallo freakorama documentaire