Chroniques romans
13
Jui
2013

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

roman histoire sigmaringen collaboration vichy

Fin août 1944, un télégramme vient chambouler la vie hors du temps du château des Hohenzollern à Sigmaringen :

le château est réquisitionné par les nazis, l’illustre famille doit quitter les lieux en urgence pour laisser place à un improbable invité : la Comission gouvernementale française ! Le personnel de Son Altesse est mis à disposition des arrivants et le majordome Julius Stein, magré un professionnalisme de tous les instants (« un majordome général a vocation à tout entendre sans rien écouter ; et si les circonstances le placent en état d'écoute involontaire, il se doit de tout oublier »), va avoir du travail avec ce gouvernement fantoche flanqué des deux dirigeants précédents qui ne s’adressent pas la parole et ne veulent pas même se croiser : le vieux maréchal Pétain, qui est fâché et se sent en geôle, et le président Laval qui arrive juste après. Si l'on met de côté Pétain qui a décidé de ne plus s'occuper de rien, les « invités » se scindent en deux camps : ceux du côté de Laval se sont résignés à ne plus rien faire non plus et les partisans de Fernand de Brinon qui eux ont bien l'intention de retourner en France et de rétablir le pouvoir qui était en place avant leur départ. Sauf que la guerre se rapproche à la défaveur de l’Allemagne et que des taupes sont infiltrées dans le château même. Comme si la situation n’était pas déjà suffisammennt tendue, le rencontre de Stein avec son homologue française le trouble au plus profond de son être…

Dans ce château mythique dont l’auteur offre une vraie visite documentaire et décrit parfaitement l'ambiance feutrée régie par des règles tacites, la prison dorée prend tout son sens pour ces français divisés par des guerres ridicules qui sont aussi détaillées par le menu (« le bureau des plaintes demeurait ouvert jour et nuit »), la description volontiers féroce de toute cette bande d’opportunistes ou de fanatiques est basée sur les innombrables livres compulsés par Pierre Assouline qui avait déjà avec Lutetia fait un travail remarquable sur la période. En plus des sus-cités et de Céline, fumier génie auteur de la trilogie D'un château l'autre / Nord / Rigodon qui évoque ce moment surréaliste de l’histoire de France, on retrouve ici des personnages aussi peu ragoûtants que Marcel Déat, Joseph Darnand, Jacques Doriot, Jean Luchaire, Abel Bonnard, Maurice Gabolde mais aussi l’acteur maudit Robert Le Vigan qui jouera là sa dernière tragi-comédie en Europe avant l’exil forcé. La plupart de ces personnages trouveront la mort par douze balles dans la peau, bien douces par rapport au mal qu’ils avaient fait. Assouline marque encore une fois l’amateur d’Histoire et de littérature avec un roman passionnant, et sûrement pas le dernier à propos de cet épisode.

359 pages, 21 €

ISBN : 9782070138852

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

speed hardcore punk d-beat angleterre
haemorrhage gore grindcore espagne vinyle
oury de funès montand comédie film
halloween michael myers horreur slasher fantastique