Chroniques concerts
02
Sep
2010

Le lendemain du Rock Knights le cerveau n’est pas totalement en place

et la file énorme devant la Secret Place ne m’intrigue même pas, après tout l’affiche vaut son pesant de ce que vous voulez. Même en passant devant je ne la vois pas, pourtant Henri le professeur, de sortie alors que depuis il est rentré, m’en fait la remarque, toujours rien. Bordel, y a une scène devant la Secret Place, dehors là sur le gravier ! Comment ça tout le monde a essayé de me le dire ? 

 

Pour les trois premiers groupes ça se passe dedans, la salle traditionnelle n’est pas vraiment peuplée quand démarrent les marseillais de MARTYRS, bon groupe de hardcore classique, rentre-dedans et gueulard, à mi chemin entre ancienne et nouvelle écoles comme leurs compatriotes d’UNFIT dont, mais c’est bien sûr, le batteur officie derrière les fûts. Le groupe en veut et en donne aussi mais doit déjà passer la main au suivant, les berlinois de PUNISHABLE ACT qui personnellement me botteront le cul au moyen d’un hardcore métallique et mélodique de haute volée ponctué par des refrains bien sentis et une rythmique genre béton du Mur de l’Atlantique. UNFIT, c’est un peu le gros clébard méchant qu’on a la bonne idée de faire rentrer dans une cour de récré sur les coups de dix heures, une bête sauvage qui pousse les murs et montre les crocs. Puissant et agressif, le groupe délivre une bonne série de casse-mâchoires et depuis le fameux EP vinyle d’il y a belle lurette, je jetterais bien une oreille à la nouvelle démo (?) que les trous dans les poches m’ont empêché de récupérer ce soir là. Don’t love us ? Ben si quand même un peu à force. 

La tension monte encore, tu parles, vingt ans à user les LPs des DEAD KENNEDYS et autres, et enfin une rencontre scénique avec Jello Biafra se profile, ça y est, putain, il est là, toujours aussi barje, mimant la moindre strophe qu’il éructe, scandant de façon pédagogique des messages à caractère informatif, nom de dieu quelques morceaux des DK au milieu du merdier (Too drunk to fuckCalifornia über allesPolice truck...), une prestation excellente et déjantée, sans oublier un line-up de furieux : Andrew Weiss (ROLLINS BAND etc), Ralph Spight (VICTIMS FAMILY...) !!! Une tuerie qui fait oublier nombre de vieilles gloires sur le retour qui devraient s’abstenir de tenter de mourir sur scène pour faire genre. 

 

Oulah qui s’amuse à passer la BO de Gladiator sur son mp3 ? Nan en fait c’est l’intro du concert de MADBALL, comme s’ils avaient besoin de ça pour ressembler à des guerriers. C’est sûrement l’effetEmpire (titre de leur album à venir)... Les armoires à glace de service - bon ok Hoya Roc c’est plus un coffre fort mais bon ne pinaillons pas - sont bien décidés à faire péter les watts, les classiques annoncés par Freddy Cricien attisent les déchainements d’une foule visiblement venue pour eux en majorité. Franchement, rien à dire, les new-yorkais tiennent la scène et ne la lâchent que pour constater l’épuisement des troupes. Respect.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

ravager death black metal cd
hemeroplan metal rock progressif cd
fred vargas policier évangélistes livre
jaypee french heavy blues rock cd