Chroniques concerts
25
Jui
2019

Pendant que certains attendent encore MANOWAR (hahaha !), fuir la fournaise héraultaise pour subir un sauna à Clermont-Ferrand c'est un monde !
Les agapes au Delirium Café digérées (chouette adresse pour les gourmets polyvores au passage), paie ton tram de Jaude à 1er mai pour la date punk que l'on attend depuis des lustres ! Et d’entrée, surfuckingprise : on savait qu'il y aurait du monde, la salle est simplement archi bondée et nous arrivons juste à temps pour les INTERRUPTERS !

Ces chantres d'un ska punk roots et entraînant est super énergique et mérite le bon accueil que lui réserve le public (Clermont feel the noize !!) qui saute déjà partout à l'avant-scène. Chez les américains le sempiternel wall of death = « wall of unity » et face à la fosse en feu on se demande comment fait Aimee avec un perfecto sur le dos dans une telle bouilloire, les frangins Bivona faisant du set à ses côtés une pure première partie… Même si beaucoup attendent déjà les bostoniens de pied ferme…

Ceux-ci déboulent après trente minutes de changement de plateau et décuplent direct la ferveur ambiante, ici les skins, punks and hardos sont united à donf car maniés de main de maître par un groupe d’excellents animateurs de foule, leur celtic punk étant délivré avec un ultra bon esprit, les tubes se succèdent et le public chante comme un seul homme : c’est si beau à l'époque de la division organisée… I fought the law fait son apparition dans la setlist qui se révèle dans son ensemble une tuerie totale jusqu’à un rappel hallucinant de fraternité. Tranquille un des concerts du semestre, et les pintes de…Murphy’s n’y sont pour rien !

Un concert incroyable mérite un épilogue de la même trempe, c’est quoi cette énorme foule rassemblée à cent mètres dehors pour un sosie de Johnny ?! L’hallucination absolue, mais ce n'est pas la dernière car si la ville est visiblement totalement dépourvue d’épiceries de nuit qui permettraient de finir la journée avec un petit verre de rhum des familles, les rats eux font une belle fête à côté de la place de la France Libre, un véritable pogo pour récupérer quelque chose sur le sol waw, Bob Six en tremble encore !

Doit-on ensuite mentionner un lendemain ponctué de Garabit, truffade, Séverac e tutti quanti ? Nan, ce sera peut-être pour une autre fois…

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

halloween michael myers horreur slasher fantastique
alice cooper hard shock rock cd
death metal grindcore mudrian musique