Chroniques concerts
02
Avr
2013

La Kick Ass family propose une fois de plus une affiche fraiche et délicate, comment manquer ça d’autant que les poteaux de MORGUE et YSUN partageront la scène ? Allez hop, en voiture Simone !! 

Les premiers à fouler la scène sont les toulousains d’HERESIC SYNOPSIS : du brutal death technique mais sympa bien que les multiples changements de rythme inhérents au style n’aident pas à danser la rumba autant qu’on le voudrait. Ceci dit le groupe évoque à l’oreille experte un train qui déraille sur son flanc, donc un vrai délice de violence auditive qui aurait du coup mérité public plus chaud. On est curieux d’écouter ça sur disque... 

 

YSUN pour la final stage c’est quand même l’improbable et le loufoque qui se tiennent les mains en balançant des coups de savate, jugez du peu : des indiens, des capotes, des GI Joe, des bouées, des costards, des catcheurs mexicains, enfin du fun dans le death brutal ? Leur public est là pour faire du câlin rugueux au légendaire pilier tafien. Et bordel c’est leur derniere et c’est franchement dommage, adieu alors le death en tongs ?! Le groupe et le public sont déchaînés, et à la fin du set les affaires sont claires : YSUN a déchiré gravement. Le circle-pilier a de beaux devant lui avec ce genre de gars qui vont forcément rejouer un jour à moins d’être totalement idiots. 

 

MORGUE c’est un peu l’histoire d’amour entre un chroniqueur déglingué et un groupe totalement dévasta-tueur depuis ses débuts à la fin des années 90. Si le son et l’image ont un poil changé depuis l’époque gore, le groupe reste une machine à tuer complètement hallucinante et on n’est pas prêts d’être lassés par la machine à latter. Et si on ajoute à ça le morceau dédicacé à Ged + la reprise d’INCANTATION paye ta cerise bien méchante sur un set énorme. Aaaaargh. 

 

Errare humanum est les copains, mais mettre MORGUE avant ANTROPOFAGO a condamné ces derniers à la sortie d’une partie du public, l’intensité du choc précédent est une barre très haute à dépasser et elle ne le sera pas malgré les efforts des montpelliérains à exterminer du tympan. A revoir donc dans d’autres conditions et un ordre différent. 

Une fois de plus une excellente soirée, totale fucking Ged-y-casse à Myriam et Seb’, Boris, la vieille garde, y a que ça de vrai !

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

punk rock ramones new york biographie livre
anthrax american speed thrash metal cd
melodic death metal france dystopie CD