Expositions / Salons
23
Jan
2010

Résumé des épisodes précédents :

chacun possède à l'intérieur de lui-même un pouvoir secret qui lui permet de se distinguer des autres. La vie étant tout à fait injuste, certains maîtrisent ce « don » avec des capacités hors du commun pendant que d'autres imbéciles se font remarquer comme ils peuvent, soit en participant à des émissions de télé-réalité (cette association de mots finira-t-elle par interpeller ses lecteurs ?!) soit en se lançant dans la politique.

L'artiste bédaricien David Laroche fait partie de la première catégorie. Assis au bord du monde avec un bloc et un stylo-bille, ce grand bonhomme regarde la vie avec un filtre de fantaisie qui n'appartient qu'à lui, son extraordinaire acuité (sans alcool hein ?) visuelle lui permet de réaliser des dessins d'une précision redoutable, sa fertile imagination remodèle quant à elle une réalité qui manque, c'est le moins que l'on puisse dire, de poésie.

Ici les grenouilles ont des petites ailettes, les vieilles dames des têtes de chimpanzé et le long de cette petite exposition l'innocent visiteur est invité à oublier les couleurs ternes et les formes plates d'une vie qui renaît ici avec le brin d'onirisme qui manquait pour faire naître le sourire, même chez l'auteur renfrogné de ces lignes, pourtant reconnu de façon internationale comme l'incarnation de la joie hilare.

Après s'en être pris plein les yeux, on rêve à des œuvres sur plus grand format et en plus grand nombre mais quelque chose, un petit doigt sûrement, dit que nous ne tarderons pas à retrouver David pour d'autres expositions ici et ailleurs, avec toujours plus du succès !

En attendant, quelques dessins sont visibles dans les locaux des CEMEA de Béziers.

© GED Ω - 23/01 2010

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

dri cd hardcore crossover thrashcore