Chroniques CD
10
Oct
2016

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

« Rien en vue, à part des ruines ».


On ne pouvait pas trouver meilleur intitulé que ce vers issu du morceau-titre. Les parisiens de BREAKOUT ne sont pas seulement des musiciens doués, ils sont aussi des spectateurs avisés de l’état de déliquescence de ce monde merdique mais ont choisi, en plus de livrer des critiques acerbes avec leurs textes, de se bouger le fion à l’inverse d’une majorité cérébro-lavée, ou d’une bonne partie de la scène punk qui ne se contente pour se singulariser de la norme, mais aussi souvent pour s’exhiber, que de prendre cuite sur cuite sans amener quoi que ce soit de constructif dans une réflexion qui devrait être générale. Tristes ruines du respect, de la solidarité, de la justice ou de l’honnêteté… Mais ce n’est pas pour ça qu’il faut lâcher la rampe, place au rock punk as fucking fuck avec des touches street / crust / oï / mélodique & co. sur treize titres détonnants (la production assure) et revigorants ! En attendant de passer par ici (le Sud !) où il sera le bienvenu, le groupe use le bitume européen avec insistance, n’hésitez pas à aller à sa rencontre si vous en avez l’occase. Inclus un livret qui déplié devient un chouette poster A4. [L’album est aussi disponible en vinyle pour les gourmands]  

https://www.facebook.com/breakoutpunx/

 

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

jules dassin espionnage propagande film nazisme
nwar indie post-hardcore noise français