Une petite contribution ?

Chroniques DVD
04
Sep
2003

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre« cette femme a le droit de se venger, et nous méritons de mourir »

 

Scénarmon cher Bill, un petit rappel des faits s'impose. Ok ce bébé était TON bébé mais tu l'as buté avec la mère qui comme une fleur, certes carnivore, sort du coma quatre ans après. D'ailleurs si tu souhaites suivre, elle se sert même d'extraits du Volume 1 pour résumer ses aventures non sans humour et, ça ne gâche rien, en noir et blanc, Beatrice Kidow est encore plus belle. Et drôle puisque son périple est un peu raconté à la façon des Contes de la crypte. Les événements manquants s’inbriqueront pour former au final l'histoire complète.

Ce second volume expose enfin les rapports complexes entre Bill et Black mamba dans l'œil d'un cyclone stylistique de genres et de musiques de films. Outre l'énorme performance d'actrice de Madame Thurman, Carradine est fabuleux en perché pervers, Madsen itou en redneck philosophe et double face (un puissant guerrier qui se laisse piétiner par le patron d'une boite minable pour payer sa picole), ce dernier est d'ailleurs souvent responsable d'un côté plus introspectif et planant, voire psychédélique, du film qui présente moins de baston que le premier et plus de psychologie.

Une succession de scènes d'anthologie (l'écran noir de la tombe et le « ça t'apprendra à faire de la peine à mon frère » qui nous avaient tous laissés sur nos culs au cinoche, ça marche aussi en DVD), une multitude de clins d'œil et des seconds rôles terribles (Paï Maï, sorte de Yoda cinglé impayable !). En grand masochiste on aurait bien aimé un seul film de quatre heures devant les mirettes pour ce double chef d'œuvre de Tarantino où des personnages pour le moins déglingos font d'une histoire de vengeance une fresque à tiroirs splendide.

Bonus : livret et coffret similaire à ceux du premier, sinon 11 minutes de live de CHINGON (le groupe de Robert Rodriguez qui fait du mariachi-rock à la première du film mais une galerie de photos, des scènes inédites définitivement de trop, des bandes-annonces, un making of de 25 minutes etc.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

extreme death metal hardcore toulon
film duvivier darrieux blier ventura reggiani