Chroniques CD
22
Nov
2010

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

black metal paris cd meyhna'ch

[Publié à l’origine sur Dead Fucking Church M’Aaagh # 9]

Le grec narkê a donné naissance à deux branches étymologiques, les mots français ayant trait au sommeil et aux drogues. Les drogues, « from fix to fix », si souvent évoquées sur le parcours de la Milice de l'Enfer, mènent ici au sommeil final, le corps jeté dans une fosse commune est à peine recouvert de terre, pour que cet enfant aux yeux embués de larmes de chagrin ne puisse voir les vers s'attaquer fébrilement à leur travail, immémoriale mastication de la vie pour la vie, et pourtant c'est toujours la Mort qui règne, pas besoin de couronne pour montrer sa puissance, la dernière station attend, tranquille, que les passagers du train descendent, pas besoin de bagages ils ne reviennent jamais.

Et c'est Dave Terror qui martèle le rythme auquel les âmes se plieront pour suivre, le long d'une ligne blanche qui aime à disparaître pour que la Peur, jusqu'au bout, accompagne, le chemin vers l'abîme. La voix d'aliéné de Meyhna'ch hurle des ordres incompréhensibles mais acta, non verba, avance, il n'y a rien comprendre, il faut appliquer la règle, droit devant, la résistance est futile, tu n'es plus rien et les cordes infernales du trio LsK / Torturer / Arkdaemon sont là pour empêcher l'ultime communication entre le cerveau et le reste du corps.

Tu avances parce qu'on te le dit, parce que le Psychopompe frappe de sa cravache des victimes qui ne luttent pas, l'autre vie, la terrestre étant orchestrée par un dieu qui se moque bien des cornes qu'on lui prête, nul artifice n'est requis pour faire croire au troupeau  qu'il possède une quelconque liberté, il suffit de le laisser espérer, pour mieux le frapper. La bande originale de la chute finale à laquelle nul n'échappe jamais, just push play.   

Le layout, signé Torturer si je ne m'abuse, est phénoménal, la reprise de GG conforme aux attentes.

P. S. : autre chronique ici : HELL MILITIA [Fra] Last station on the road to Death (Debemur Morti Prods) 2010. Et, comme on suit le groupe depuis le début, on peut jeter un œil à SPK Kommando [Fra] 4 ways Split 7’’ (Spikekult Recs) 2001, HELL MILITIA [Fra] The Second coming (Left Hand Path Propaganda) 2003, HELL MILITIA [Fra] Canonisation of the foul spirit (Total Holocaust Recs) 2005, HELL MILITIA [Fra] Canonisation of the foul spirit 12’’ (Debemur Morti Prods / Blasphemous Underground Prods) 2007.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

cardiac cease death thrash metal france cd
rois du rodéo folk rock france cd