Chroniques CD
09
Oct
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Sorti à l’origine fin 1999 sur le label suédois Loud 'n' Proud,

Possession of power, premier album longue durée des suédois de MORIFADE est pris en main par nos compatriotes hyperactifs de NTS pour une ressortie sous forme de double CD, le second contenant les titres du EP Across the starlit sky (1998), augmentant par là-même le temps d’écoute de cinquante à soixante-dix minutes.

Il ne faut pas longtemps pour saisir la teneur du répertoire du groupe, même la pochette indique déjà un heavy metal ultra-mélodique, symphonique et épique avec un son particulièrement difficile à assimiler quand on est allergique au clavier tututut des plus synthétique. Ceci dit, en temps que vieux fan des EUROPE, HELLOWEEN, GAMMA RAY, ANGRA et consorts, on trouve toutefois de quoi se sustenter même si le tri sera de mise, comme Aélie quand elle trouve un morceau de légume dans ses pâtes. Il y a dans ce groupe un sacré guitariste, Jesper Johansson, et il s’est trouvé avec Henrik Weimedal (basse) et Kim Arnell (batterie) une section rythmique à toute épreuve. Quand au chant de Stefan Petersson, il se situe plutôt dans les aigus (Michael Kiske aura des émules pour des siècles et des siècles) mais les renforts de chœurs sont appréciables pour muscler le ton épico-guerrier de certains passages. Non, si ce n’était ces affreux claviers, on tiendrait là un très bon album de metal tradi, avec ses tempos lents et ses accélérations typiques.

Cet album arrive de plus en même temps ou presque que des tas d’autres (HAMMERFALL, RHAPSODY bientôt OF FIRE, SONATA ARCTICA, METALIUM, NIGHTWISH, FREEDOM CALL…) tous bien foutus et estampillés « true metal » (hmpf…) après l’explosion de vieux groupes comme STRATOVARIUS, EDGUY et BLIND GUARDIAN. La vague incessante s’avèrera vite lassante, inspirant votre non-serviteur à revenir aux classiques qu’on ne quitte jamais vraiment (le heavy / speed germain, l’épique US et le tandem MAIDEN / PRIEST) et à des choses finalement beaucoup plus extrêmes (grindeathrash, beuargh !).

Ce n’est pas pour autant que vous devriez éviter une écoute de cet album, honnête et construit par de vrais passionnés.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

impaled nazarene black metal cd