Une petite contribution ?

Chroniques CD
14
Oct
2021

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

d-beat punk rock angleterre discharge

Ok les puristes des premiers rangs, nous sommes d’accord,

il n’y a plus grand chose ici à voir avec ce DISCHARGE des débuts que vous révériez avec tant de ferveur, le passage girouette n’a pas été digéré, le metal, le glam, le thrash, toutes ces époques sans même dignement changer de nom (DIS-CHANGE ?!) a pu en pousser un paquet vers le précipice de la dépression. Perso, on s’en fout complètement.

Car cet album bourrin à souhait n’est pas si mal que ça, ça tape vite et fort, et Cal, bien qu’assez linéaire, brutalise le micro aussi méchamment que les autres leurs instruments, les enchaînements sont si rapides que le disque passe très vite, et pas si affreusement qu’on le pensait à sa sortie. Il est toujours cruel de n’être estimé que pour son premier album 1, quand ce n'est pas carrément pour son premier EP 2 et si certains albums ont vraiment dû sonner la retraite à une certaine époque 3, si certains pirates sont même à hurler de rire, cet album éponyme de trente minutes déclenche plutôt régulièrement le headbanging sauvage et c’est bien tout ce qu’on lui demande, au même titre que de nombreux méfaits des camarades EXPLOITED ou GBH post-inspiration. Trop de chant, pas assez de basse mais des morceaux franchement meilleurs que les précédents (situés entre le milieu des années 1980 et les années 2000 donc). Ici les grattes sont totalement tarées et la rythmique imparable, enfin.

Punk as fuck, and fuck the rest !

1 voir DISCHARGE [Uk] Hear nothing see nothing say nothing (Captain Oi ! - 1982 Réédition 2003)

2 voir DISCHARGE [Uk] Why (Captain Oi ! - 1981 Réédition 2007)

3 quasiment toute la discographie a été critiquée, clique sur les mots en rouge noundidiou !

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac