Une petite contribution ?

Chroniques vinyles
01
Juil
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

L’impression d’entendre le vrai, le pur son du rock’n’roll, hard ou pas, blues ou plus loin,

voilà ce qui POSSÈDE l’auditeur quand ce vinyle, n’importe quelle face en route, tourne et retourne sur la platine. On est au milieu de tous ces jeunes qui se disputent les premiers rangs pour approcher les idoles australiennes d'AC/DC dont la fougue égale toujours la virtuosité. On est dans le chaudron d’un diablotin qui sourit comme un dingue à la vision de toutes ces petites bubulles qui viennent réchauffer le cul de ceux qui, volontaires de surcroît, se sont balancés dedans. On est dans les yeux de ce type à la voix unique qui caresse en même temps qu’il détruit les tympans. On est dans les cordes de la paire Malcolm / Cliff, vibrant de toutes nos forces pour créer une énergie collective, un mur de son et de plaisir qui va submerger tout le monde des barrières à la porte d’entrée. On est chaque impact impulsé par le génial bûcheron Phil, une putain de résonance dans l’univers chargée d’hell-ectrité. On est tout ça, à tout âge, génération après génération, et on se dit qu’il y aura descendance de cette furie intemporelle, si tu veux du sang, tu en as, tes enfants qui observent cette drôle de pochette, ce sourire malin qu’ils t’adressent quand la pierre fait l’amour à la cire, quand la folie abreuve les sillons, quand l’espoir ne meurt jamais… Hell ain’t a bad place to be camarade humain.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac