Chroniques vinyles
17
Juil
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

On pourra toujours blablater que Marche ou crève tape moins fort que ses deux incroyables prédécesseurs 1,

ce troisième contient une ribambelle de tubes aux cibles de choix : La Grande illusion (« Mon bulldozer est le symbole d’une jeunesse qui refuse toutes vos magouilles politiques », terriblement actuel si l’on excepte le mot jeunesse qui ne représente plus rien), Répression (« L’arme automatique remplace la faux légendaire »), Misère (« Angleterre, Angleterre, Thatcher te coûte cher »), Certitude…Solitude…, Marche ou crève (malgré un placement de chant parfois difficile) et le sommet qu’est Les Templiers (« Missionnaires en chemises blanches, Assassinez en avalanche, repartez en croisade »).

Le Sauvage, La Junte (« Le sabre s’est abaissé, les bouchers ont tiré tiré tiré ») ou Les Brutes (« J’aperçois les marteaux, pas les faucilles ») sont peut-être plus anecdotiques mais restent de bons morceaux de rock français aux textes efficaces et traditionnellement rageurs. L’album se conclue sur l’hommage magnifique que ses copains rendent à Bon Scott, Ton dernier acte, une machine à faire frissonner contre laquelle le temps n’a absolument aucune emprise, où la facette bluesy du groupe prend toute son ampleur sans lâcher un poil de hard dans l’exécution de ce titre génial qui permet comme à Bernie d’avoir une pensée pour un des plus grands chanteurs de rock de l’Histoire.

Le son foncièrement hard rock voire heavy metal du disque est peut-être dû à son enregistrement à Stockholm (et pas à Londres comme les précédents) où Tony Platt, qui a déjà bossé avec LITTLE BOB STORY, IRON MAIDEN et SAMSON, y a peut-être contribué, mais on peut aussi noter que le groupe a complexifié son répertoire, principalement au niveau rythmique qui se veut variée malgré l’attaque permanente. En parlant d’IRON MAIDEN, il s’est produit avec TRUST comme un échange de bons procédés : Nicko McBrain, énième batteur de TRUST, après un interlude avec le DR FEELGOOD Kevin Morris aux baguettes (c'est lui que l'on entend sur Répression dans l’Hexagone, la claque !) intègrera l’année suivante la formation anglaise, il sera remplacé chez TRUST par Clive Burr, ex-IRON MAIDEN !

Question emballage dont on aime bien parler ici, Claude Trouche (agence Jillustre) livre au public une des couvertures les plus marquantes de ce début des années 80 pour le rock français, elle a peut-être mal vieilli mais elle a toujours sur nous cette effet magique qui évoque une époque que l'on aurait aimé vivre à l'âge où on a vécu la décennie suivante. La pochette intérieure est quant à elle occupée par les paroles et toute une série de photos dont une vaut son pesant de spaghettis.

Comme pour Répression, une version anglaise sortira ensuite (1982) sous le titre Savage.

1 afin de lire plein d’autres chroniques à l’occasion, clique juste sur les noms en rouge.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac