Une petite contribution ?

Chroniques DVD
28
Oct
2007

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

halloween michael myers horreur slasher fantastique

Genre : reboot revigorant

Scénar : youpi les enfants ! Sortez les masques affreux, c’est Halloween ! C’est toujours mieux que de supporter une famille méchamment sordide comme celle de Michael Myers. ! Et puis on peut toujours écorcher un rat quand on s'ennuie, le hard rock ne peut quand même pas tout prendre en charge pas vrai ? Suite à de sales histoires à l’école, le petit Michael (pourquoi lui plus que les autres ? La question reste entière) nécessite d'après un certain docteur Loomis, éminent psychiatre, une attention toute particulière : massacrer des animaux est un signe avant-coureur de choses bien plus graves et les gens qui le persécutent because Maman strip-teaseuse et grande frangine un brin nymphomane devraient se méfier, tout comme son beau-père, un vrai putain d'enfoiré déviant qui pousse le jeune garçon à bout. Ce qui était écrit se produit, il finit enfermé dans un asile psychiatrique où les deux personnes à peu près sympathiques avec lui prennent des années plus tard leur retraite. Devenu un colosse qui n'a plus prononcé un mot depuis des années, il se débarrasse de deux tarés qui auraient dû avoir droit à leur propre place en cellule et s’évade, et tout le monde connaît la suite : « ça va trancher Chérie ».

Premier épisode d'un diptyque indépendant de la série classique que l'on peut qualifier de reboot puisque ça fait joli sur les fiches de presse, Halloween est réalisé par un authentique fan d’horreur dont les premiers pas à la réalisation de longs métrages ont fait grand bruit dans le cercle des amateurs (La Maison des 1000 morts, The Devil's Rejects et le faux trailer Grindhouse Werewolf Women of the S.S. pour le duo Tarantino / Rodriguez) : Rob Zombie, chanteur de WHITE ZOMBIE et à la tête d’une respectable discographie solo. L’homme est heavy-demment fan de hard rock et de heavy metal (en vrac on a droit à des allusions et même des morceaux de divinités telles que ALICE COOPER, KISS, BLUE ÖYSTER CULT, NAZARETH, Peter Frampton ou RUSH), il ne peut donc pas être un mauvais homme. Et, disons-le d’emblée, son film réanime une saga finalement plutôt sage avec maestria, multiplie les images délicieusement brutales comme on ne s'y attendait plus en racontant par le menu un destin-calvaire : enfance de merde, petit penchant naturel pour la violence, masque, carnage originel, placement à l'hôpital psychiatrique, étude bienveillante de Loomis, échec, carnage puissance 666.

Et voilà pas le casting réuni pour l’occasion !! Pour les stars voici venir Malcolm McDowell, Brad Dourif, William Forsythe, Richard Lynch, Udo Kier, Danny Trejo (comme c’est bizarre de voir l’inoxydable Machete incarner un vieillard philosophe et doux), les nouvelles Scream queens (Sheri Moon Zombie, sublime, Scout Taylor-Compton…) n’ont rien à envier aux précédentes, Daeg Faerch est quant à lui le gamin parfait pour le rôle de Michael enfant, Tyler Mane se chargeant de sa titanesque forme adulte. La relecture de l'univers et son approche psychologique du personnage est bien fichue, « humanise » un peu l’infâme Michael, l’image granuleuse est tout à fait adéquate tout comme sont chouettes cette caméra fureteuse et le soin audio apporté à l’image. Zombie sait néanmoins filmer le côté adorable des mômes avec leur baby-sitter, aussi bien que les scènes où le vilain Michael regarde ramper et se lamenter ses victimes entamées. Il restitue en cela le caractère flippant du premier épisode sans commettre de resucée pourrie. C’est bien simple, même sans le nom mythique de la saga dessus, le film aurait été une super surprise pour qui s’était refusé à regarder ce diptyque pour cause de trop-de-neuf-fait-avec-du-vieux.

La suite : Halloween II de Rob Zombie (avec Sheri Moon Zombie, Chase Wright Vanek, Scout Taylor-Compton, Brad Dourif, Caroline Williams Malcolm McDowell, Tyler Mane) 2009

P. S. : euh, sinon, dites, le téléphone portable, c’est Retour vers le futur sur le plateau ?

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

post-hardcore doom metal france cd
mosh fest montpellier grindcore hardcore concert
karo roswell fanzine littérature graphzine