Chroniques DVD
31
Aoû
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre: télé-crochet

 

Scénar: on ne peut plus se confesser tranquille, même en rêve, l'homme au crochet est toujours là, tapi dans l'ombre. Et la jolie Julie, une survivante du premier épisode, n'en dort plus, étudie avec beaucoup de difficultés et quand, encore, le 4 juillet se pointe, elle croit voir des hommes en ciré partout. Et quand sa coloc' gagne un voyage sur une île (déserte forcément pendant la saison des tempêtes), elle va voir réapparaître le tueur qui lui, death-y-dément, ne prend jamais de vacances.

Crac, un an après le premier volet (voir ici : Souviens-toi l'été dernier de Jim Gillespie (avec Jennifer Love Hewitt, Sarah Michelle Gellar...) 1997), voici que le réalisateur du moyen Judge Dredd prend le volant après Jim Gillespie. Pas d'inquiétude, rien ne change vraiment à part une B. O. moins rock (WHITESNAKE !) mais toujours autant de jolies filles en petite tenue. Le line-up est inchangé : bimbos + pignoufs au rabais = viande pour boucher, un scénario débile qui va bien avec le reste.

Car enfin, il faut vraiment être con pour se séparer quand le tueur est dans la place et super doué pour traquer et tuer (Bigard l'a-t-il compris ici ?). La dernière demi-heure est un carnage même pas effrayant pour un sou mais rigolo grâce à un homme au ciré bigrement motivé à exterminer du jeune idiot avec sa démarche de zombie. Tout ça pour arriver à une fin des plus nawak qui soit.

Quelques détails chouettes : un petit rôle pour Jack Black en dealer déglingos à dreadlocks, un directeur d'hôtel délicieusement connard (mais... Mais... MAIS c'est Jeffrey Combs de Re-Animatooooor !!! ) des effets sonores horrifiques plutôt efficaces - le championnat de cris horribles est de nouveau lancé - ce qui fait de ce deuxième film un truc moins moisi que le premier en fin de compte.

Bonus: making-of (inutile), bande-annonce (inutile) et un clip de Jennifer Love Hewitt (How do I deal) qui présente sa voix pas désagréable du tout pour un morceau pop / rock honnête. 

© GED Ω - 20/11 2013

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

hardcore punk rock concert montpellier
sodom german speed thrash metal cd