Chroniques romans
31
Aoû
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

jacqueline mirande romùan policier historique

Les exactions des mercenaires d’Henri II Plantagenêt, roi d’Angleterre mais aussi duc d'Aquitaine par sa femme Aliénor du même nom, complique encore plus la vie du peuple, dans un temps de pauvreté cruelle et de sombres superstitions.

Comme si tout ceci ne lui suffisait pas, le braconnier Thomas le Rouge, errant dans les environs de l'abbaye de Hautefage, moins regardante que les troupes du seigneur de la vicomté voisine rapport à ses activités, tombe sur deux chevaliers en train de manipuler le cadavre d’un pélerin… En ouvrant les portes, frère Jérôme découvre le dit cadavre et prévient immédiatement l'abbé Arnould et le prévôt car ça tombe mal, en les murs de l'abbaye se prépare la fête votive de Saint-Martin, patron du lieu, les pèlerins et les commerçants ne devraient pas tarder à déferler en cet important lieu des monts d'Auvergne. Le chef de la vicomté, Raymond de Pleaux, fait à son tour son entrée et ne semble pas très ému par cette découverte macabre, au contraire de sa promise qui elle reconnaît dans la foule Guy de Servières, un jeune chevalier fougueux qui a eu le tort de prendre le parti du roi de France et dont la fortune a été confisquée… Si l’on ajoute à ces personnages un jeune troubadour semblant reconnaître le pèlerin mais refusant d’en dire plus et un seigneur brigand (« affront constant à la loi ») qui fiche la frousse à tout le monde, on ne s'étonne pas que se produise un deuxième meurtre, les murs ont death-y-dément des oreilles, mais aussi des dagues !

On aura toujours un souvenir ému de cette autrice qui nous avait régalé jadis d’un Sans nom ni blason chouette comme tout à l'époque de l'école primaire. Comme ici, l’atmosphère se révélait plus sombre que la sempiternelle littérature jeunesse que nous infligeaient les Bibliothèques Verte et Rose (qui ont eu elles aussi, ne soyons pas injuste, d'excellents titres en catalogue, quand ils n'étaient pas impitoyablement raccourcis, certes) : l’Histoire, le suspense, le romantisme, Jacqueline Mirande avait le chic de préparer une recette maîtrisée de bout en bout. Un récit court mais sans temps mort que l’on conseille aux gamins de cours moyen s’ils n’ont pas encore été tous bouffés au crâne par les éternels écrans-hochets-fabriquants-de-bigleux-décérébrés. Jacqueline Mirande a publié des dizaines de romans similaires (dont plusieurs autour de cette fameuse abbaye de Hautefage, voir Crime à Hautefage, Ce que savait le mort de la forêt, etc.), toujours de bonne facture et bourrés de références, historiques ou autres, qui donnent systématiquement aux curieux le plaisir d’ouvrir un dictionnaire ou un atlas.

125 pages, 4,20 €

ISBN : 9782081644564

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

archenterum avignon french death metal
free punk garage rock belgique cd
grindcore split EP vinyle
rock critic punk rock ben hito géant vert
marduk black metal suède cd