Tu payes ton coup ?

Chroniques vinyles
09
Aoû
2018

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Friand des volutes empoisonnées de SICKRITES depuis cette cassette atterrie un jour chez Nawakulture 1,

on suit toujours avec grand intérêt ses sorties, particulièrement si cette fois les excellents PESTILENTIA, dont nous parlâmes souvent 2, sont de la partie.

Les russes occupent la face A avec une longue composition pour le moins rampante, Dhaaeghti, alternant mid-tempo lourd et monotone et attaque rapide et crue. Sans révolutionner le genre, SICKRITES sait death-y-dément y faire quant à instaurer une ambiance sinistre et mystérieuse, on continuera clairement à collecter les œuvres de ce très bon groupe qui mérite largement plus de reconnaissance que celle qu’il a de nos jours.    

Prophecies of doom de PESTILENTIA, autre longue pièce de plus de sept minutes, démarre en fanfare et ne décélèrera pas, les biélorusses ne sont pas du genre à faiblir quand le mitraillage est de mise. Mais une fois de plus, si la sauvagerie est souvent au programme, les mélodies en filigrane et les vocaux discrètement variés font la différence avec les gueulards sans cervelle de service. Encore une fois : bien joué !! 

1 voir SICKRITES [Rus] Praise the dawn of desecration (Deathrash Armageddon – 2010).

2 clique sur PESTILENTIA.

333 copies avec pochette ouvrante et un soin particulier pour le design (Morkh est death-y-dément un illustrateur génial).

https://h-o-h.bandcamp.com/album/from-the-temples-below

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.