Chroniques concerts
03
Jui
2012

Sur les rotules depuis TOTAL CHAOS, le valeureux reporter passe souvent inaperçu malgré sa taille et son courage,

la faute souvent à un laxisme général, les textes s’écrivent tout seuls, les places tombent du ciel, le moyen de transport est aisé, bref, qu’il est bon juste avant un concert célébrant les 15 ans de la TAF mais aussi les 20 ans de Groland (tiens cadeau voir là : Groland - 15 ans d'âge bête (avec Christian "Moustic" Borde, Benoît Delépine...) 2007) de rencontrer à Sète, au MIAM, un Jules-Edouard Moustic accueillant, loquace et impayable qui ne fait pas regretter de vivre une vie stylo au poing, malgré tous les désavantages annexes. Vivre Groland, je mourrirai pour toi !! [Interview bientôt lisible] 

 

Retour de Sète via Clermont-L’Hérault, Bison-Futé s’en arracherait les cornes, il n’empêche que re-départ vers Montpellier pour un concert pas forcément super-bondé alors que l’on s’attendait, imbéciles heureux, à un gros carton vu l’affiche. Mais si les imbéciles changent d’avis, les feignasses restent au lit. Les VIRGANAUTES, mystérieuse émanation des glorieuses VIERGES d’antan, ouvrent le bal avec un garage rock’n’roll matiné de psycho dont nous ne verrons qu’une partie du show vu la chaleur volcanique qui règne dans le club et la soif cyclopéenne due à une journée à la chaleur écrasante. Le groupe semble tenir la route, manque peut-être un poil de sauvagerie, la prochaine fois nous nous ferons une idée plus précise. 

 

Le légendaire guitariste des DOGS & WAMPAS Tony Truant, après un passage ébouriffant au Mojomatic il y a quelques semaines (voir là : TONY TRUANT & SES DEUX SOLUTIONS [Fra] à Montpellier, Mojomatic le 20/04/12), est de retour avec des musiciens différents dont le bassiste des PRODUCTEURS et ne surprendra personne en commettant en trio un énième set destroy de rock’n’punk totalement déjanté où le guitar-hero fait des prouesses. Prouesses qu’il estime d’ailleurs devoir être regardées, c’est pourquoi il descend de scène gratte en main pour aller chercher le public dehors tout en oubliant qu’un jack retient la chose à un ampli. Une des scènes hilarantes du concert mais pas la meilleure puisque votre non-serviteur se voit être l’acteur d’un moment qui résume à lui seul toute sa chienne de vie. Tony, assoiffé notoire, requiert pour son gosier une mousse fraîche, le gentil Ged file comme l’éclair en chercher deux, une pour le Tony, une pour lui car il souffre du même mal, et tout ça, évidemment, à ses propres frais. Tendant sa bière à Tony, le gentil Ged fait mine de trinquer avec le maître es-riff, v’la-t-y pas que le Tony embarque dans ses serres la bière de Ged pour la filer à son bassiste ?!!! Serait-ce ça la gamme pinte-à-Tonyque ?! VDM, disent-ils sur la toile ? 

 

Qui n’a pas, dès le début de l’émission sur la chaîne au +, secoué ses cervicales sur le God save the President de Groland ? Auteur d’un disque qui sort ces jours-ci (voir LES PRODUCTEURS DE PORC [Gro] S/t (Pias) 2012), la formation des PRODUCTEURS DE PORCS de Groville (on me souffle que certains membres sont issus de Chichigneux et de Pirognon-les-Tatouille) offre à un public bien chaud - forcément, au coeur d’un véritable cratère en fusion aaaaagh - une sélection de reprises destroy et judicieuses, on passe du fameux PISTOLS (en présence du Président Christophe Salengroqui à cause d’un gros rhume ne fera pas de réapparition) à AC/DC et Nancy Sinatra, le tout ponctué par des joyeusetés made in années 80 et des compos pas piquées des hannetons. Avoir le disque avant le concert aurait pu permettre une fine analyse de ce gig totalement furibard, bon enfant mais that’s life dude. Monsieur le bassiste, j’attends d’ailleurs toujours de vos nouvelles, où êtes-vous donc passé ce weekend ?! Et dire que demain, les petites mains travaillant pour bâtir aux légendes des SHERIFF une scène gargantuesque, l’attente sera terminée, que nous réserve donc le futur ? Monte dans la Dolorean petit si tu le souhaites car tu n’auras la réponse que joudi ! J’étais un punk avant que t’étais ok ?! Yeah !!

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

matheson sf épidémie horreur vincent price
patti smith punk rock poésie cd
james bond 007 aventure espionnage