Une petite contribution ?

Chroniques concerts
01
Mai
2015

Comment ne pas prévoir qu’il pleuvrait à torrent quand on trimballe ce jour-là une partie de son stock de livres dans son fragile sac à dos hmm ?

En contrepartie de cette méchante saucée qui transformera chaussures en marécage chuintant et fringues en lambeaux d’algues, l’auteur de ces lignes a droit au concert unpluggedment unplugged de SHHHERPA qui répète tranquille avant de décoller pour la Secret Place. Classe V. I. P. 

 

Et sur place, « La boîte à rythme a dit », et le reste a roulé malgré les protestations du duo évoquant la boulangerie audio, les mélodies mélancoliques immédiatement mémorisables de SHHHERPA évoquent un trip entre Simon & Garfunkel, les PIXIES et NOIR DESIR, et un tempo plus SHERIFFesque vient y semer un saint trouble. Deux voix, deux grattes, une boîte à rythmes, un peu de folk, un peu de punk, remuez, c’est prêt. Mais bon, c’est pas tout ça, I’m feeling drowned (surtout des pieds) et il reste encore deux groupes, on y retourne. [Flotch, flotch, flotch...] 

 

DR GILGOOD WITH THE ROUFLAQUETTES s’avère être un tribute au pub rock des DR FEELGOODNINE BELOW ZERO et consorts, un leitmotiv sympathique mais on avoue qu’ayant vu le FEELGOOD « original », ou du moins ce qu’il n’en reste pas puisque les fondateurs ont détalé il y a des lustres, et en grande forme avec ça trois semaines plus tôt ( voir DR FEELGOOD [Uk] + LES MILLIARDAIRES [Fra] à Saint-Jean-de-Védas, Secret Place le 04/04/15), tout ceci n’apporte pas grand chose mais fait les choses plutôt bien, en particulier grâce un gratteux qui fait un vrai bon boulot. Bon enfant, la prestation trouve un écho dans le public, c’est le principal. 

 

On a pu juger pendant les balances que JOHN THE CONQUEROR n’était pas là pour plaisanter. Son set de rock bluesy et plombé, parfois fort hendrixien, parfois agrémenté de touches funky du plus bel effet et toujours mené par une voix terriblement addictive, laissera sur le cul les musiciens en herbe et convaincra les chevronnés, il y a une telle énergie qui se dégage qu’on ne peut que saluer une prestation authentique et sauvage, ce malgré les nombreux absents (ah oui c’est vrai la pluie...). Et dire qu’en papotant boulot on a failli louper une bonne partie du concert...! Être consciencieux a failli avoir un prix. 

 

Encore une bonne soirée, spéciale Ged-y-casse à Fab et Jean-Luc, on the road again !

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

kiss hard glam rock double vinyle
joe sacco bd journalisme guerre yougoslavie
maurice dantec science fiction livre
hard blues rock funk france cd red beans
graveyard espagne ulcer pologne death metal split vinyle