Une petite contribution ?

Chroniques concerts
18
Déc
2017

Y a des jours vêtus de rouge.

Le Noël de la mairie de Béziers ? Fait. Le Marché de Noël de Narbonne ? Fait. Mais nous c'qu'on veut, c'est du rouge sang, des vagues d'hémoglobine, du gore'n'roll, un Merry Christmassacre de folie. Et ça tombe bien mon con, BANANE METALIK fait sa dernière date de l'année au dB du frangin Doumé, avec en première partie les copains de FIGHTORPEACEMOTTE 1. Mieux qu'un vin chaud maladroitement servi dans un gobelet en plastoc qui ne demande qu'à fondre au creux de ton auguste paluche, c'est du raisiné en cascade qu'on va se prendre sur la gueule, et avec le sourire en plus !

 

Mais pour le moment, pas question de baisser le Frock, c’est plutôt tout à fond que FIGHTORPEACEMOTTE, qui a depuis notre dernière rencontre troqué son bassiste pour une bassiste, balance une setlist costaude dans une ambiance motivée. « Tous les jours on galère » et on est bien content de se manger cette bonne portion de décibels, dommage que le public se montre désespérément statique Grévin-style, ce qui n’empêche pas, bien sûr, votre non-serviteur de mettre à rude épreuve cervicales et autres menus osselets, d’autant que Sylvain arbore avec classe et bon goût un autocollant Nawakulture sur sa gratte. On en aurait presque des larmes. En attendant, on ne peut que vous conseiller d’aller à la rencontre de musiciens sympas dont les compositions sont remuantes à souhait, on a particulièrement craqué sur le double hommage aux RAMONES et à MOTÖRHEAD, nos idoles à nous aussi, le punk français traditionnel joué par des connaisseurs qui commencent vraiment à avoir un sacré répertoire, c’est du plaisir en hectolitres. Rock’n’rooooll !!

Systématiquement loupée lors de ses divers passages dans le Sud profond, nous n’avions (à réaction) jamais réussi à voir la BANANE METALIK, on avait même poussé le vice jusqu’à ne jamais regarder de vidéos live pour se garder la surprise. Et bien nous en a pris car le carnage fut total, le groupe laissant sur son passage les cadavres démembrés de l’auditoire après l’avoir guidé vers ses plus bas instincts. Des compositions 100 % punk rock plus rentre-dedans les unes que les autres côtoyent en effet les extraits de bande originale cultes 2 et le groupe, grimé en goules sanglantes et monstrueuses se fait le plaisir d’allumer un feu qui ne s’éteindra que trop tôt dans une des salles les plus chouettes de la région. Le pogo est splendide, la descente des musiciens au milieu est le pied supplémentaire qui écrase la poignée du détonateur, certaines filles se pâment au point que leurs fringues, pour le plus grand plaisir des yeux, prennent la poudre d’escampette. On a beau supplier les bretons de jouer un petit peu plus, le trip s’achève déjà, live fast qu’ils disaient, mais on va tout de même classer ce concert apocalyptique dans les cinq meilleurs de l’année tant l’éclate était au programme. On a ensuite tenté une interview vidéo post-pintale, elle sera sur vos écrans plus tard dans la semaine, patience petits droogies ! [Ça yeah, elle est en ligne, voir BANANE METALIK [Fra]]

Spéciale Ged-y-casse aux activistes sans qui Nawakulture ne serait encore qu’une idée au lieu d’être le fier organe anti-conformiste que vous tenez sous votre clavier : Doumé (merci d’être toi, d’être là!), Thierry (bis !), Mister Bozo et pour une fois on finit par les filles avec l’infatigable Delphine, on se revoit tout bientôt sur la route !!      

 

1 pour en savoir plus sur les affreux, clique sur https://www.nawakulture.fr/index.php/rechercher?searchword=fightorpeacemotte&searchphrase=all.

2 Tiens, tu devrais jeter un œil à BANANE METALIK [Fra] The Gorefather - A gore’n’roll sountrack (Label At(h)ome) 2015.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac