Chroniques CD
17
Juil
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Quelle énergie ! Ayant tout compris du proto / hard originel,

celui des WHO, UFO, AC/DC, QUEEN, SLADE et consorts, DEF LEPPARD livre un album admirable, cette réédition se caractérisant par un son masterisé pour le CD. On n’a jamais été très fort pour comparer les productions, tout ce que l’on sait là, c’est qu’à fort volume, les britanniques gratifient leur public d’une vraie petite bombe de hard mélodique à commencer par un Let it go atomique, Another hit and run, High’n’dry, l’instrumental Switch 625, On through the night et les autres se révèlent tout aussi dévastateurs tandis que Bringin’on the heartbreak rappelle que les hardos sont toujours les rois de la ballade.

You got me runnin’ ou Lady strange sont moins notre truc, les chœurs trop radio-magnétiques, mais l’album n’en est pas moins partiellement très bon, il est par ailleurs augmenté dans cette version de deux titres remixés en 1984 qui ressortent pour le coup, le - deuxième - single Bringin’on the heartbreak (horrible, avec de légers ajouts synthétiques, beuarkh, quel hasard…) et sa face B Me & my wine, jamais sortie sur un album du groupe.

Plus on écoute le début de l’album et plus on se dit que DEF LEP a chipé de peu la place du monument STATUS QUO, le groupe qui faisait faire de la gym à ses fans à chaque sortie / concert, et ça, c’est un putain de succès ! Plus dure sera la chute.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac