Chroniques DVD
07
Jui
2014

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : ouille ! dans le potache

Scénar : quand la 4L, relique de leurs premières fêtes, dérape devant la maison, c’est le signal pour la mégateuf, trois potes enlèvent un quatrième qui va être père sous peu, et lui prévoient une soirée façon bourrinas. Faut dire que Philippe, l’architecte de ce chaos, s’y connaît pour planter la zone alors qu’il passe sa vie à s’écraser devant sa femme du genre harpie gueularde. Mais ce soir il part sans se retourner, avec carte bleue de sa « douce » en poche et chansons - très - paillardes aux lèvres. Julien, le kidnappé, n’est au début pas super heureux de l’escapade mais finit par craquer devant la bonne humeur de ses compères. Evidemment les acolytes vont accumuler les catastrophes, de plus en plus sérieuses. Un « enterrement de vie de garçon » ? En voilà une expression qui peut rapidement prendre tout son sens…

Pour faire vite au sujet de ce très court film produit par Artus, on pourrait parler d’un croisement barré entre Very bad trip et le « found footage » d’un Projet Blairwitch, avec une pointe très franchouillarde façon Groland, sauf que l’équipe a réussi l’exploit de tout filmer en 3D, une première dans le genre visé ! Bâti en crescendo, Bad Trip 3D pullule de dialogues super potaches de mecs en vadrouille pas très subtils, voire même parfois terriblement lourds (pauvre Marine, ce Philippe est prodigieusement crispant, quel numéro d’acteur, et de danse !) et dégénère au fil du temps, of corpse. Si on note quelques longueurs, on doit souligner un montage souvent très efficace, un cadrage réussi malgré le rythme rock’n’roll de l’ensemble et des acteurs qui font froid dans le dos en tatouant si fort le mot BEAUFS dans les cervelets. Ailleuh ! Bon, évidemment, vivement la 3D et une grande salle obscure pour une expérience totale, d’ailleurs on y sera bientôt, par exemple à Bédarieux en partenariat avec Nawakulture, voir ci-dessous !

P. S. : de vieilles connaissances sont sur la bande originale, gloire à STALINGRAD et HEGEMON (pour illustrer une baston, ça passe plutôt bien). Ah, et puis les montpelliérains reconnaîtront des coins comme le Rockstore (et ce tunnel ne serait-il pas vers Puéchabon ?).

Trailer : https://vimeo.com/91952670

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

giallo asile psychiatrique thriller kinski
thrash metal alcool cassette pologne