Chroniques CD
29
Avr
2021

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Adorable univers que celui de NIGHTSHIFT, groupe récemment issu de la scène de Glasgow

qui offre à l'oreille avide comme une sorte d'enchevêtrement plutôt primitif et estampillé no-wave / post-punk entre pop, grunge et folk, on y croise une voix charmante qui se fout complètement d'être dans les clous, une guitare volontiers abrasive, une batterie au son cru et même une clarinette.

Pour un album enregistré dans le si agréable cadre du confinement planétaire, il sonne carrément comme s’il avait été capté en répète avec tout le monde dans le local ! C’est magique comme l'envie de jouer ensemble peut influer sur les sonorités, la production de cette sélection de morceaux tous plus joliment tordus les uns que les autres, et de ce fait complètement addictifs pour votre non-serviteur plutôt québlo dans une période iconoclaste de l'appréciation musicale.

Zöe est un joli joujou pour gigoter la carcasse, presque un cadavre exquis qui a visiblement sensiblement fait évoluer les compositions vers des formes qui n'étaient absolument pas prévues comme telles au départ, d'où peut-être cette fraîcheur séduisante. Pour tenter de cerner un univers à la géométrie extrêmement variable, on tenterait bien un SONIC YOUTH qui aurait décidé de brandir un poing féministe face à la gueule d'un monde trop figé. Et on aime ça. Carrément.

https://nightshiftgroup.bandcamp.com/album/z-e

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

fantomas film marais demongeot funès
dépérir black death metal québec cd
poesie punk norman roswell livre
watain death black metal suède cd
aggressive agricultor thrash punk hardcore rural