Chroniques CD
20
Juil
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

heavy speed metal german cd hard

ACCEPT ou l’efficacité avant la subtilité ?

Nan parce qu’on tient là une pochette tout à fait personnelle, la diplomatie a dicté le mot. Entre homo-érotisme et symbolique ultra-virile, on peut dire qu’on tient là un des plus beaux fleurons du metal kitsch made in Germany, visuellement parlant en tout cas.

Parce que musicalement on a droit à un menu copieux en ce qui concerne le heavy metal massif, parfois plus speed tout en restant mélodique. On a une préférence pour les deux précédents mais Balls to the walls montre un groupe qui persiste et signe (le morceau-titre, London leatherboys, Fight it back, Love child et son solo splendide, bis avec Turn me on, Losers and winners…) même si d’autres morceaux nous laisseraient bien plus froid (Head over heels, le scorpionesque Losing more than you’ve ever had, Guardian of the night et le limite affreux Winter dreams avec ses cloches de Weihnachten, argh, es ist absolut schrecklich) et ce malgré un sacré travail global de guitares, encore et toujours.

Puisqu’on sent un énième groupe lorgnant un peu plus vers outre-Atlantique, ACCEPT ira-t-il plus loin dans une sorte d’édulcoration du son de ses origines et singer DEF LEPPARD, leurs compatriotes aînés SCORPIONS ou VAN HALEN, alors au faîte de leur carrière ? Un cœur de metal dans un écrin de velours aurait une drole de tronche non ? Pendant ce temps de suspense, Brain Recs, ex-label du groupe, en profite pour glisser une compilation dans les bacs, Metal masters.

Cette réédition remasterisée de 2002 contient deux titres bonus enregistrés live : Up to the limit (qui figurera sur Metal heart et livré ici sur un tempo qui bastonne à la AC/DC boosté au speed) et Head over heels (rien d’inédit donc puisqu’on retrouve ces morceaux sur le MLP Kaizoku Ban de 1985). Le livret quant à lui offre aux curieux l’intégralité des paroles.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

incantation satanic death doom metal cd
american brutal death metal cd suffocation
post rock concert nashville béziers reportage