Chroniques CD
04
Aoû
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

ronnie james dio heavy metal cd

Ronnie James Dio est un type incroyablement tenace et plutôt du genre dictatorial quand il s’y met.

Du coup quand des voix commencent à s’élever au sein de la formation précédente, le chanteur vire tout le monde et recrute de nouveaux musiciens. Et pas n’importe lesquels, comme toujours. Arrivent donc deux britanniques : le guitariste Rowan Robertson (choisi parmi soi-disant cinq mille types à même pas dix-huit ans, le bonhomme en a sous le médiator !!) et le batteur Simon Wright (vétéran NWOBHM qui pendant l'enregistrement quitte rien moins qu’AC/DC !) ainsi que le bassiste américain Teddy Cook et le claviériste suédois Jens Johansson - que l’on n’entend pas vraiment beaucoup sur l’album… - connu pour avoir travaillé sous le joug de Maître Yngwie Malmsteen jusqu’à l’année précédente. Du beau monde, hm ?

Lock Up the Wolves sort en mai 1990 et ne dévie pas vraiment du heavy metal classique auquel le groupe s’est toujours adonné : morceaux enlevés (Wild One, Walk on Water, Twisted, Why Are They Watching Me…), pièces au tempo lourd (Born On The Sun, le single Hey Angel, Night Music, Lock Up the Wolves, Evil on Queen Street…), ou simili-ballade doomy (Between Two Hearts, My Eyes...) des titres qui n’inventent pas grand chose tant les quatre albums précédent renfermaient de tubes et pourtant bien malin celui qui pourrait trouver un seul véritable faux-pas au menu.

Celui qui aime DIO aimera forcément cet album malgré une couverture qui manque un peu de nuance ou les chœurs très moches de Born On The Sun, la voix géniale du patron fait toujours des miracles, elle fait même oublier que l’on aimera toujours bien plus les morceaux speedés que les autres.

Le livret de cette réédition se déplie : couverture « complète », photos, paroles, tout y est.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

tenebrum infectus death grind france cd
mutilated death metal france vinyle
fall of summer festival metal reportage
halloween michael myers horreur slasher fantastique