Une petite contribution ?

Chroniques vinyles
28
Mai
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Même discutable, jamais une pochette ouvrante n’aura eu un tel effet pas vrai ?

En tout cas, l’excentrique Ted Nugent sort encore là un putain de classique de hard qui bombarde farci d’attaques guitaristiques fabuleuses : le morceau-titre s’apprend par cœur, Wang dang sweet pootang est à étêter le moindre fan chevelu tant il va s’y secouer le bocal, Death by misadventure poursuit savamment le mitraillage… Live it up vient calmer le jeu tout en groove, laisser la possibilité à l’auditeur de reprendre son souffle avant un petit rock tendance boogie pour finir la face (Home bound).

De l’autre côté, ça démarre sport avec le speed Workin’ hard, playin’ hard et Sweet Sally. Un petit mid-tempo, A thousand knives vient « tempérer » les (h)ardeurs d’un disque death-y-dément teigneux, à l’image d’un Fist fightin’ son of a gun, parfait équilibre entre gros riffs, tempo enlevé et mélodies entêtantes, sans oublier du solo étourdissant comme souvent. Et ce final tonitruant sur l’énorme Out of control enfonce le clou dans les crânes.

Si on tient pas là le meilleur album de tous les temps de Ted Nugent, on n’est pas loin. Indispensable, tout comme le premier sous son nom 1.

1 afin de lire plein d’autres chroniques sur le guitariste, clique juste sur son nom en rouge.

 

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac