Chroniques DVD
18
Sep
2003

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : horreur hard discount

Scénar : au Guatemala, des indiens refusent de guider des yankees mais cèdent sous la menace, ils amènent les « civilisés » autoproclamés en combinaisons cheloues dans la jungle pour aller récupérer quelque chose qui finit dans une caisse à ne surtout pas ouvrir. Suivi par des pseudo-journalistes, le camion qui trimballe le boxon a un accident, le couvercle pète, c’est la cata… Oups… Ouille… Pendant ce temps au Mexique, l’entomologiste Daniel Lang, déjà aux prises avec les moustiques, découvre l’essaim de guêpes volé (car c’est un essaim)…vide ! Mais au fait, qui sont donc ces militaires qui se frottent les mains devant cet incident ? Et quel est ce truc électronique au fond du nid ?

Avec une pochette et un titre (enfin, s’il on excepte Deadly swarm, Stringers, L’Attaque des guêpes tueuses, tout ça sur le premier écran !) pareils, what did you expect comme dirait l’autre face de nouille ? Bien sûr, comme dans la plupart des films de ce genre / niveau, Guêpes attack est un peu long à démarrer et quand c'est fait c'est pas génial du tout, le numérique tue tout humour involontaire, c'est navrant de sérieux malgré des détails impayables (le temple en carton typé précolombien et semi-piégé à la Indiana Jones, l’embarrassant nuage de guêpes pixelisé terriblement mal foutu, le bruit mouillé de mastication rigolo, des phrases intelligentes telles que « elles ressemblent à des piranhas volants »…) et quelques scènes de comédie moisie à l'américaine.

On a aussi la belle dose de clichés : des « journalistes » classiques (meuf déterminée et insupportable, caméraman lourdaud et docile même si râleur, bellâtre chercheur passionné…), des personnages débiles (l’ufologue détient la palme, bien évidemment !) mais aussi un scénario idiot comme de bien entendu, pas super palpitant, avec pour le jouer des acteurs pas trop mauvais mais les effets spéciaux sont vraiment trop pourraves, on pensait vraiment rire plus devant le carnage promis, celui-ci ne fait même pas bouger une seule charentaise dans le salon, l'ennui donc malgré des séquences supportables. Dommage et quasiment pas horrifique… Et dire que ça se voulait dans la lignée de Les Dents de la mer, Piranhas et tous autres, pfff…

Bonus : bande-annonce

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

archi deep french hard blues pop cd
manowar true heavy metal cd
post hardcore metal toulouse cd
jules dassin comédie romantique film