Chroniques DVD
21
Mar
2003

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Depuis le très moyen The Song remains the same, rien d’officiel à se mettre devant les mirettes,

voici la chose réparée avec ce double DVD rempli de plus de cinq heures de vidéo en concert (Royal Albert Hall en 1970, Madison Square Garden en 1973, Earls Court en 1975 et Knebworth en 1979) + tout un tas de petits machins promo genre clips ou apparitions télévisées (dont une émission de variété française !). Evidemment, plus loin se trouve la machine à remonter dans le temps, plus on s’approche de l’exceptionnel mais il semble malgré tout que le groupe l’ait été quasiment tout le long de sa (courte) vie. Si l’image satisfera sûrement les amateurs, le son est franchement bon et il n’est quasiment pas besoin d’autre chose pour s’éclater. Oui, bon, on n’aime pas la vidéo musicale ici, on "écoute" les DVDs, ouaip. Page explique que malgré ce que l’on pourrait croire, il n’y avait pas tant de matos que ça à trier et qu’on piocha même, ce n’est que justice, dans les archives bootleg pour livrer, après une numérisation s’apparentant à un long semi-calvaire technologique, un produit au poil qui donne lieu à l’hallucination habituelle : il n’y avait que quatre hommes d’équipage dans le Dirigeable pour faire tout ce barouf, un gratteux qui empoigne parfois un archet, un chanteur au cheveu dru et au chant aérien, un bassiste discret - pléonasme - mais à la puissance de feu impressionnante et un batteur absolument époustouflant et, forcément, parfois très dur à suivre. Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse hard. On trouvera aussi deux livrets avec photos, les détails techniques et l’avis des trois survivants du groupe. Miam.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

caddeo giallo freakorama documentaire
vin rouge dégustation cessenon marion pla