Une petite contribution ?

Chroniques DVD
16
Mar
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : de cape et d’épée

Scénar : 1701. Louis XIV reçoit Philippe de Gonzague dont il veut marier le cousin Philippe de Nevers avec une de ses nièces. « Ce que le roi veut, Dieu le veut » mais Nevers est loin d'être enchanté car « ce que Dieu a uni, le roi ne peut le désunir » : depuis près de deux ans, Nevers est marié secrètement et père ! Il part en exil mais est attaqué par des bandits. Sa célèbre « botte », une technique secrète d’escrime, lui permet de s'en débarrasser avec l'aide d'un certain Lagardère et de son fidèle Passepoil. En fait, c'est Gonzague qui a tramé le guet-apens pour récupérer son héritage. Nevers finit assassiné malgré l'acharnement de Lagardère de lutter à ses côtés. Celui-ci sauve le bébé, Aurore, mais part aussi avec dans sa mémoire le procédé de la célèbre « botte ». Ayant marqué le commanditaire du meurtre à la main, il jure de le retrouver d’autant que le perfide lui colle le crime sur le dos. « Si tu ne viens pas à Lagardère, Lagardère ira à toi » !

Loin d’être la première adaptation du célèbre roman de Paul Féval, classique de la littérature d'aventure française, Le Bossu de Hunebelle est sûrement la meilleure. Le duo Jean Marais (dans un rôle très classique de héros sans peur et sans reproche) /  Bourvil (l’habituel compagnon maladroit, lâche mais drôle et au grand cœur) fait du bon boulot dans cette coproduction franco-italienne compilant l’obligatoire trousseau de cape et d’épée : jolis décors et costumes, méchant machiavélique et gentil héroïque, musique aux cuivres tonitruants, action omniprésente (poursuites à cheval, festival d'escrime…) et, pour finir par le plus beau, une jolie - double - princesse, Sabine Sesselmann.

Pour résumer, ce Bossu est un très bon film, divertissant à souhait, réalisé avec efficacité par un cador du genre qui ne tardera pas à s'illustrer avec des films au plus grand retentissement avec à ses côtés plusieurs membres de l’équipe employée ici, par exemple Jean Marais mais aussi le scénariste Jean Halain (en fait le fils Hunebelle qui a signé avant / signera après Cadet-Rousselle, Le Capitan, Le Comte de Monte-Cristo, Le Miracle des loups, Les Mystères de Paris, la trilogie Fantômas et une bonne partie des films dont Louis de Funès sera la vedette).

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac