Une petite contribution ?

Documentaire
13
Oct
2002

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

[Publié à l'origine dans L'Occis-Mort #1]

 

Les gens qui commencent à jouer dans un groupe comme les RAMONES ne viennent pas d'un milieu stable et confortable sinon, ils choisiraient une forme d'expression artistique plus civilisée.

Après une enfance merdique chez les pochetrons, de mère allemande et de père soldat américain qui passent leur temps à se foutre sur la gueule, le jeune Douglas Colvin ne pouvait pas devenir quelqu'un de bien équilibré…

L'amitié avec Tommy est blindée par leur passion pour les STOOGES, arrivent ensuite Joey et Johnny. La drogue là depuis longtemps prend de plus en plus d'importance et influe fatalement sur la vie de tous. Mais dans le même temps les premiers morceaux naissent dans son esprit alors que la première mouture des faux-frères comprend Dee Dee à la basse et au chant, Joey à la batteuse, Johnny à la gratte mais juste après Tommy s'est mis à la batterie parce que personne d'autre ne voulait le faire…

Son enfance pourrie en fait un être à part qui ne sent à l'aise nulle part, même avec son propre groupe, et l'héro, l'alcool et sa vie sociale totalement déglinguée vont empoisonner sa cohabitation malheureusement obligatoire avec le genre humain. Sa copine Carrie faisant souvent office de détonateur, Dee Dee part en vrille plus souvent qu'à son tour. Et, chez les RAMONES, frères ennemis de première catégorie (« une brochette de chacals de l'Enfer » selon l'auteur lui-même…), ça ne va pas tarder à déclencher des conflits irréparables.

Des anecdotes à la pelle, des révélations (Qui donc a joué sur l'album End of the century avec le furieux Phil Spector aux commandes ?!), des rencontres : on croise dans ces extraordinaires pages les STOOGESSUICIDE, les DEAD BOYSBLONDIE, les NEW YORK DOLLS, les HEARTBREAKERSDICTATORS et autres FLAMIN' GROOVIES

Désespérément seul, Dee Dee retombe dans la came (« Le camp de concentration liquide »…), après des passages en hosto qui rappelleront le célèbre Psychotherapy, quand il revient habiter New York après son départ des RAMONES. Cette drogue qui tue ses proches les uns après les autres (ThundersBators…) avant de le tuer lui-même le 5 juin 2002, au grand désespoir des fans de rock'n'roll pur. Rest in peace et merci pour ce livre mec.

 

171 pages avec quelques photos en N & B, 18€

9782846260442

 

© GED Ω - 18/02 2013

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac