Documentaire
24
Sep
2017

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

[Publié à l’origine dans C Le Mag N°175]

Certes, « ce récit n’est pas pour âmes sensibles », il raconte avec un rude vocabulaire la rue, l’enfance turbulente face aux amours absentes, maman, papa chacun dans son monde, laissant si seules les têtes « blondes » dans cette Normandie où pauvreté et solitude affectent d’emblée Robert / Robière

Quand la famille se délite finalement pour de bon, Robière en trouve une nouvelle : les punks, avec qui la vie bohème du routard, ponctuée de rencontres et de larcins parfois pas menus, peuvent faire passer par la case prison. « La seule chose qui est sûre c’est que t’as qu’une vie et qu’il faut la croquer à pleines dents, en faisant attention de ne pas te les casser ».

Et Robière est armé d’une ténacité qui force le respect malgré les casseroles qui le poursuivent / qu’il provoque (ou provoke, les q deviennent ici des k, iconoclasme revendiqué). Provoquer, c’est le mot, faire réagir, appeler dehors d’après le latin : défier de la rue une société qui à l’époque du récit (pile à la charnière entre les années héroïques du punk français et le passage à l’euro) aussi bien qu’aujourd’hui rétrécit toujours plus nombre de libertés quotidiennes sous les hypocrites mais toujours pratiques paravents de la santé ou du bien public.

Un bouquin à ranger avec les récents souvenirs de Crock Brandalac (voir Il n’y a pas de jour pour arrêter de boire) et de Gilles Bertin (Trente ans de cavale - Ma vie de punk).

288 pages avec quelques dessins en noir et blanc pour illustrer le texte, 10 €
ISBN : 9782954612324

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

rock metal progressif moderne france
chomarat espionnage pastiche roman livre manufacture
bd féminisme inégalité werner bravi histoire