Une petite contribution ?

Revues - Presse
11
Aoû
2015

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

[Publié dans Abus Dangereux N° 135]

Ne comptez pas sur l’auteur de ces lignes pour jouer les crocodiles en larmes comme une grande partie de la planète qui doit bien faire rigoler la bande à Cavanna et Choron « là-haut » après le massacre de début janvier (voir Le Coup deuil) : depuis le départ de Siné, Charlie Hebdo n’avait plus accès à la boite aux lettres. Sauf que Cabu, Wolinski, Honoré (quasiment oublié de tous les hommages médiatiques) et dans une moindre mesure Tignous et Charb, ont fait et feront toujours partie du panthéon maison. Si les auteurs-dessinateurs survivants avaient l’air de vouloir ramener dernièrement Charlie à des gens qui dessinaient des bonhommes rigolos, n’oublions tout de même pas le message politique que les articles écrits, en plus des caricatures, amenaient, loin d’être écrits par des manchots comme par exemple dans ce numéro celui du terrible Jean-Yves Camus avec ces « charognards du complot » qu’il va falloir désormais avoir à l’œil, on a aussi une pensée pour (« Oncle ») Bernard Maris qui avait également une sacrée plume, la preuve avec Quand Charlie avait 20 ans : « La politique de Charlie est non violente et non haineuse. Elle est gaie. Elle se veut ainsi. Aucun problème politique ne doit résister à un bon rire » écrivait-il… Les dessins, parfois visionnaires, des artistes disparus ont une résonance particulière (le Tignous en bas de la page 2 botte tendrement le cul des fascistes religieux), c’est un numéro émouvant qui impose à tous une nouvelle vie, dorénavant sans un nouveau crobard de Cabu, life’s a bitch.

16 pages en noir et blanc sauf la couverture en couleur, 3 €

ISSN: 1240-0068

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac