Une petite contribution ?

Chroniques DVD
25
Oct
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Genre : pastiche gratiné

Scénar : les garçons du centre de recherches cosmiques devraient se regarder un peu moins et faire gaffe à ce qui les survolent… Car quand le jeune Aris, au cours d'une énième dispute de ses parents, tente discrètement de faire disparaître via son chien bien aimable son assiette de moussaka un peu trop souvent au menu à son goût, c’est bien de l’espace, d’une soucoupe volante même, qu’un étrange rayon s’abat sur le mets. Ce n'est pas la mère du garçon, défoncée à la pizza pour narines, ou son père ministre, overbooké comme d'habitude par la politique, qui vont remarquer quoi que ce soit d'inhabituel. Sauf que la part de moussaka commence à grossir jusqu'à devenir gigantesque et commence à bouffer tout ce qui bouge. Pendant ce temps, les responsables de cette gaffe, un équipage de séduisantes extraterrestres court vêtues, doivent récupérer leur copine Gora coincée dans la moussakatastrophe suite à une « réaction homothétique » inattendue. Ah d'accord, c'était donc ça ! Bah ça va alors ! Non ? Oups !

On aura deviné juste au titre qu'on a affaire ici à une comédie totalement loufoque pastichant allègrement le Blob et tous les films faisant intervenir des machins géants de manière tout à fait débile, un peu comme si L'Attaque des tomates tueuses avait essaimé via des versions locales, on a encore un créneau pour les merguez maléfiques ou le cassoulet cannibale, en attendant c'est la moussaka qui vient bousiller un monde où les amours masculines vont bon train (ça, ça doit être à cause des blouses d'un rose irrésistible, un peu comme les chemises du copain Henri), les travestis sont dans la place pour des dialogues à la fois hilarants mais parfois même aussi touchants (les acteurs sont au passage excellents, on pense aussi à l’actrice courageuse qui joue parfaitement son rôle de femme délaissée et camée jusqu'à l'os), Dieu tout puissant, on a même droit à des passages de comédie musicale saupoudrée de mélodies de clavier déglinguées (mais aussi de disco vintage, CHIC entre autres) et du split-screen pour mettre en parallèle des destinées menacées par le sort, splendide !

Fabriqué comme une parodie télévisée plutôt irrésistible par sa crétinerie totale (qui rappelle un peu celle des Nuls), L’Attaque de la moussaka géante livre une sublime vision de la société grecque, de la politique et du journalisme soudain mis à mal par une béchamel féroce et boostée comme il le faut au vitriol avant emballage dans un joli paquet de connerie très drôle et bordélique comme on l'aime, même si on ne verra plus jamais les aubergines comme avant (mettre une moussaka au four n'est plus sans danger, gardez ça en tête mécréants !). Le pire, c'est que c'est aussi bien fait que les films du genre dans les années 50, fertiles en machine de guerre gluantes, il y a aussi du Bioman dans cette comédie jubilatoire et heavy-demment gratinée, un peu comme si un John Waters sous acide avait voulu faire un croisement génétiquement modifié de La Soupe aux choux et Mars attacks avec les playmates du Collaro Show dedans, et celles-ci auraient été coiffées par Édouard aux mains de plomb après une grosse cuite au rouge au vu des choucroute infligées.

Bonus : diaporama, bande-annonce du film et d'autres (tous un peu orientés homo), recette de la moussaka (qui doit après forcément avoir une autre gueule que celle absolument horrible que le film lui donne en grossissant l'image et en la rendant mouvante)

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

bande originale kubrick orange mecanique beethoven rossini vinyle