Une petite contribution ?

Chroniques romans
31
Déc
1998

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Deuxième roman de la trilogie écossaise de Verne (

après Voyage à reculons en Angleterre et en Écosse et avant Le Rayon vert) dans lequel une fois de plus est évoquée son idole Walter Scott. On retrouve également comme dans chaque livre de l'ami Jules la dose de leçon de choses, ici ce sera l'extraction du charbon, observons le fonctionnement d'une mine, la géographie écossaise, ses légendes et sa musique (avec même un schéma chiffré pour celle-ci !). On apprend toujours un tas de trucs, même vingt-cinq ans après la première lecture.

Pour ce qui est de l'histoire, toujours visionnaire, une mine de charbon est épuisée et doit fermer même si son "overman" (une sorte de contremaître) reste persuadé que l'on n'est pas allé chercher assez loin et qu'il reste de la houille quelque part au fond de l'exploitation. Quand quelques années plus tard le fait est avéré et que la production reprend, un mystérieux ennemi fait son apparition et tente l'impossible pour mettre des bâtons dans les roues des exploitants.

Si le ton a un peu vieilli et si le livre semble manquer d'une partie (la transition est abrupte entre le début et la fin), ces Indes noires restent un moment de lecture agréable, vintage comme il se doit.

251 pages avec des illustrations en noir et blanc

 

© GED Ω - 17/08 2010

 

PS: un petit voyage au centre de la Terre ou sur la Lune vous est proposé en bonus !

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac