Tu payes ton coup ?

Chroniques CD
08
Jui
2012

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Formation éphémère mais influente au sein du courant punk / hardcore français,

FLITOX de Paris avec ses deux albums Cet homme est mort de 1987 et Radio Tv Active de l'année suivante (presque entièrement réunis sur ce CD avec deux titres bonus issus de compilations) présentait à un monde presque innocent une facette punk-core alambiquée lorgnant vers l'autre rive de l'Atlantique avec des trouvailles que n'auraient sûrement pas renié DEAD KENNEDYS, SUICIDAL TENDENCIES, NOMEANSNO ou le ROLLINS BAND, en particulier lors de la dernière période.

Farouchement assoiffé de liberté et d'indépendance, FLITOX ne véhicule pas de message / bourrage - à part peut-être une haine totale de l'embrigadement et de l'armée chère à beau-papa - et ne demande à ses ouailles qu'à penser par elles-mêmes et prendre leur vie en main, pas de discours moralisateur ici et c'est tant mieux ! Musicalement l'aventure est au rendez-vous avec un groupe de musiciens subtils bien que sauvages, trimballant l'auditeur de riffs malins en rythmes échevelés. A ceux, forcément de bon goût, qui possèdent déjà ce digipak qui a de la gueule (le livret avec ses photos, flyers d'époque et paroles est franchement chouettos), on se comprend, après tout... Nous sommes dissidents !!!

Plus d'infos là : http://www.zoneonzerecords.com/

Les mots-clés :

×
Ne manquez plus une seule chronique !
Pas de harcèlement ici, c'est un mail chaque lundi avec la quinzaine de liens de la semaine précédente à découvrir, c'est pratique.
Sans oublier que des concours donneront lieu chaque semaine à gagner des bouquins et des invit', strictement réservés aux inscrits et pas aux autres, forcément.
Ged-set power !
×

Page Facebook Nawakulture

Ne partez pas sans avoir "aimé la page", retrouvez tous les articles, vidéos et reportages sur votre mur. Soutenez Nawakulture en vous abonnant à la page Facebook et en partageant les chroniques.