Une petite contribution ?

Chroniques concerts
13
Mai
2015

La Ged-y-casse ne fut qu’un prétexte pour retourner à la teuf de Patatr’Oc,

la dernière en date remontait à longtemps pour la Church, c’est chose réparée avec cette excellente soirée dont voici le détail. 

 

MAGICA BOMBA, c’est le groupe de quatre bouts de chou d’une dizaine d’années et atiffés au début comme les Bestioles de la Garrigue des grands frères. "Alors Puisserguier vous êtes chauds ce soir ?!" : malgré la fragilité des débutants, les garçons ne laissent pas transparaître le trac et c’est déjà énorme. Ils égrènent les classiques des baletis popularisés par LA FANFARE DES GOULAMAS, et pour leur âge se débrouillent très bien malgré des grailles parfois rebelles. Bravo à la nouvelle génération des nervios trobadórs, particulièrement pour la reprise d’un morceau qu’on pourait rebaptiser Occi et les cafards ! 

 

WILD KARMA, pour sa première dans le coin, se révèle toujours en forme, et envoie à son habitude un rockabilly parfois motörheadien qui pète vraiment bien, ça fait le bonheur des oreilles encrassées par la poussière qui s’amuse à voler sur Puisserguier comme dans un film de Leone. On connaît le set quasiment par cœur mais on adore, impossible de ne pas se trémousser et taper du pied sur leurs compos enflammées, surtout avec un bon gros son comme ce soir ! Ah, et puis Tourettes annonce soudain un terrible final nirvanesque, et avec une contrebasse, ça en jette gravissimo ! 

 

On se rappelait pas LES BARBEAUX si...disco mais ça bouge globalement pas mal, d’ailleurs les gens accrochent et dansent, et leur répertoire oscillant entre chanson, rock, festif et trad’ fait mouche même si on aurait bien vu l’affiche dans un autre ordre, plus axée sur la gradation de violence musicale. 

 

Avec GOULAMAS’K, on passe aux choses sérieuses avec ce ska / punk occitanisant qui a fait leur renommée intergalactique, on s’empresse, une fois le stand remballé, d’aller rappeler aux jeunots que les vieux pogotent toujours comme jadis et c’est pas les fumigènes de carnaval qui vont enrailler les chenilles du tank mes cocos. La Folie fait toujours preuve d’une efficacité redoutable, et Mon pais reste ze single du groupe. Notons que l’arrivée de Gordon au sax apporte un plus de présence bienvenu. Le pack ne fait pas de prisonniers dans son fief, l’ensemble de public s’éclatant visiblement. Oscá les copains ! 

 

Merci à AnaïsClaudieFred et tous les autres, le "à bientôt sur la route ! " s’impose !

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

vin rouge cessenon bonne bouteille