Chroniques vinyles
01
Juil
1999

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Re-boum. Car oui, pour répondre à la question posée précédemment 1, Dissident aggressor a bien tenu ses promesses :

Exciter est une entrée en matière monstrueuse, du heavy speed et fluide à souhait, c’est beau et brutal à la fois, mémorisable en trente secondes, enthousiasmant au possible, l’extase totale pour un headbanger.

Et qui sera suivie par une poignée d’autres ! JUDAS PRIEST dégaine aussi Better by you better than me, Stained class et ses guitares qui tranchent avant de somptueuses arabesques, le coffre unique de Bob, et puis Heroes end… Oh et puis cette ballade que n’auraient pas renié SCORPIONS, Beyond the realms of Death est un début d’embrouille magnifique, en attendant de sérieuses conséquences.

Les plus pépères (et encore) White heat, red hot, Invader ou Saints in Hell sont peut-être moins impitoyables, mais l’essentiel est là tout le long : bienvenue au « véritable » JUDAS PRIEST 100% heavy metal (jusqu’à la pochette, vous l’aurez noté) qui est enfin parti pour terroriser foules et scènes mondiales pendant un joli paquet d’années !!!

Ah, est-il obligatoire d’annoncer une fois de plus l’arrivée d’un nouveau batteur dans le groupe ? Cette fois oui, le très doué Les Binks restera quelques années avant une nouvelle chaise musicale à laquelle il décidera lui-même de perdre…à son plus grand regret. (à suivre…).

1 afin de lire plein d’autres chroniques sur le groupe, clique juste sur son nom en rouge.

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

corbucci trintignant kinski western spaghetti film
lp death black australian metal
death angel thrash metal usa reportage exodus
tessari delon conte film mafia
heavy metal speed french hard résistance