Chroniques concerts
19
Avr
2010

Mec, si t’arrives à regarder les concerts tout en organisant la soirée ben fuck, t’es trop fort.

Donc ceci est un article basé sur les coups d’œil jetés viteuf sur les groupes et l’avis de certains membres du public qui n’avaient pas, foi de barbare, intérêt à raconter trop de conneries, faut pas déconner non plus. 

 

Une fois les GADJO LOCO tous réveillés (gnark gnark), les v’là qui investissent la scène, pim pam poum c’est parti pour un chouette set où se croisaient de manière festive les spectres de DjangoEmir, quelques bouseux de la New Orleans, le tout savamment joué par des mecs aux doigts en or et à l’humour bienvenu. Bordel, les faire jouer plus haut sur l’affiche un jour devient une de mes priorités, chapeau, et sans melon avec ça. 

 

Angoisse, pour être franc, à l’arrivée des AGGRESSIVE AGRICULTOR que je loupe consciencieusement depuis 1991, en effet le groupe est amputé du batteur (ça doit faire mal ça non ?) et donc a engagé un engin à jouer ses parties. Moi y en a pas du tout blairer ces saloperies de machines. Quelle claque cependant ! Les morceaux défilent comme autant de bourre-pif le jour d’un anniversaire des Volfoni, rien n’a pris une ride, même pas les musiciens là pour souhaiter à la plus grande joie de la partie givrée de l’audience une « longue vie au bétail ». Putain, tout simplement culte, le top, à suivre une date en tête d’affiche organisée par mes soins, au plus vite. 

 

GOULAMAS’K pour son dernier concert avec l’ami Hervé se lâche et envoie une bonne partie de l’album Avis de tempèsta accompagnée de morceaux plus anciens et livre comme d’habitude un concert pied au plancher, entre ska, punk et trad’ death-y-b’Hellique !! On peut dire que ça décrasse les feuilles !! 

 

Entre deux plateaux, SCHÖNE CONNERIE (alias l’ami Pierrot de STEVO’S TEEN) exécute plusieurs courts shows de hip-hop aux paroles efficaces et hilarantes, narrant avec applomb les aventures du Seigneur Darkozy à la grande joie des punks bourrés et de votre non-serviteur, sobre comme un polonais sans bras. En fait le public entier en redemandera à chaque fois, Pierrot ne se faisant pas prier pour enchaîner. 

 

Bonne soirée en général à l’ambiance bonne enfant !

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

dying fetus usa death metal cd