Chroniques concerts
27
Juil
2019

MagLoboGed, hydre à trois têtes pleines de soif de découverte et de velléité à gigoter,

est dans la place pour un concert que l’on prévoyait complètement désert et qui pourtant montrera que certains sortent toujours quand d’autres préfèrent le sacro-saint centre-ville ou tout simplement le canapé, chacun son trip. Nous, c’est le rock, sous toutes ses formes. Et, tant qu’à y être, avec un peu de bière. Adieu portefeuille !

Mais le temps de dégainer une pintade de blonde que le groupe montpelliérain MERCREDI a déjà commencé à jouer… Grrr, à force de voir leur nom ici et là sur des affiches, on s’approche au plus près pour goûter ce punk rock mélodique chanté en français et qui fait qu’on pense volontiers à LUNCH et consorts ou à l’écurie Guerilla. Les paroles sont volontiers taquines, la musique du trio tient la route, une bonne énergie s’en dégage, vivement une revoyure et un set entier, amputé qu’il fut par un père méfiant, histoire que nous réservons pour nos mémoires de vieil éléphant.   

Personnellement pas mégafan de CKY, on est surtout venu pour les autres montpelliérains, DARJEELING OPIUM, death-y-dément obstinés à faire parler la poudre fusion Nineties. Et le groupe s’y entend à mettre le souk, le chanteur semble avoir des flammes sous les pieds dès qu’il est sur scène, du coup c’est souvent dans la fosse qu’il hurle ses mots tandis que ses compères bastonnent sévèrement sans oublier sur le bord du chemin ce groove addictif que l’on aime entendre revenir à tout bout de riff. Les gars s’éclatent, leurs soutiens aussi, que demander de mieux ?  

CKY, CAMP KILL YOURSELF pour les pointilleux, a un public fervent. Celui-ci n’est pas vraiment super nombreux mais n’hésite pas à montrer au groupe son attachement en remuant son fion et en chantant les refrains. C’est toujours une bonne surprise que d’assister à une telle communion et si le répertoire des américains ne nous émeut pas outre-mesure, leur mélange hard / punk / grunge a de la gueule. Connu à la toute fin des années 90, principalement à cause de la bande de Jackass (le batteur Jess Margera est le frère de Bam le casse-cou), on ne s’attendait guère à voir CKY débouler un jour à la TAF.

On a globalement passé une très bonne soirée et on se demande encore pourquoi personne n’a joué pour gagner la dernière place restant en jeu chez Nawakulture. Ne cherchons pas à comprendre, l’application Curiosité n’est peut-être pas encore disponible sur les téléphones de ces messieurs-dames ?

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

punk rock ramones new york
yattai death grindcore france cd
rage heavy speed metal allemagne reportage
verdun anarcho punk rock rouen eighties
scd goregrind grindcore french vinyle