Chroniques concerts
26
Mai
2012

Avant-propos olfactif : rien à voir avec la choucroute 

C’est dans les tram’ que l’on rencontre les joyeux drilles qui vont égayer une journée épouvantablement ensoleillée après quelques jours de douce grisaille. Mesdames, messieurs, sous vos applaudissements le meilleur d’entre eux, le gars qui a bouffé de l’ail et donne libre cours à de bien gazeux élans dans le wagon. Triste vie du piéton. Mais ANTISEEN oblige, les chameaux rotent mais la caravane passe. Il n’empêche que, note pour plus tard, pour TOTAL CHAOS c’est cassoulet les copains. Vengeance ! 

Chapitre 1 : l’observation à but scientifique 

L’homme règne sur l’animal : il a eu la lumineuse idée de placer aux côtés de fières gogues de galerie un bar à la terrasse duquel boire une binouze semble être une évidence. Si les fort bruyants, et accessoirement fort moches enfants, qui transforment avec leurs simagrées cette galerie marchande en champ de foire, pouvaient la fermer ne serait-ce que vingt secondes, le digne auteur de ces lignes pourrait dans la plus grande quiétude déguster la nécro musicale du jour featuring Donna Summer et les BEE GEES, vous me mettrez un petit Stone sans Charden pour un "jamais deux sans trois" obligatoire. 

Les ventripotents caddies se succèdent (c’est la crise ? Vraiment ?) avec au volant de jolies donzelles aux bras desquelles se pendent des fans de muscu aux tatouages d’avant-hier et aux fringues forcément fabriquées à Hawaii. Copains, la tong refait surfuckingface, l’été est sur PLAY, fuck, les vacances sont terminées... Un doute s’installe, le moral doit être remonté, Will et le Flying Barman seront-ils à leur poste pour sauver le monde, Picon en main pour le premier, sourire de (Terror) requin pour le deuxième ?! Diantre... L’effroi m’étreint à grande vitesse. 

[Interlude : les clients] 

Que fout donc ce gars stylo en pogne ? RG ? Réprésentant zélé du Guide Michelin ? Greffier de l’ivresse ? 

Chapitre 2 : one zeu rod eugaine et le concert, enfin... 

Une petite marche s’ensuit athlétiquement, hors de question de louper NO MEAT ON FRIDAY, c’est Mickey FUCK FACTS qui l’a dit alors on moufte pas les bouffons. Accompagnés de mezcaleros des plus avisés, votre non-serviteur prend une claque à l’oreille avec ce trio de trois (très jolies) donzelles qui émettent un remue-ménage punkifié qui évoquerait un L7 avec l’attaque vocale d’une Wendy ’O Williams à qui on aurait taxé son cheeseburger. En quelques morceaux NO MEAT ON FRIDAY laisse présager que du bon pour le (no) futur, la puissance de feu du groupe déclenche à chaque coup des désossements cervicaux, en particulier chez deux chevelus du premier rang. Parfaite première partie pour ANTISEEN, total dans l’esprit, rock’n’roll grrrrrlzzzz !!! 

C’est un peu moins le cas avec le second groupe, LAZY DOLL FACTICE, qui performe pour sa part un punk à la française pas forcément hyper original bien qu’énergique et bon enfant. Un morceau de Dutronc repris bien punkement nous apprendra même que Montpellier s’éveille et c’est vrai que comme le groupe a tendance à se donner à fond, on se prend au jeu et on se remémore les crapules des PARABELLUMCADAVRESGILBERT ou de leurs voisins de FICTION ROMANCE. Et après tout pourquoi pas ? 

ANTISEEEEEEEEEEEN enchaîne, rien à foutre de l’empaffé GG AllinANTISEEN est tellement plus qu’une parenthèse musicale que dès la première note, et ça durera jusqu’à la dernière, les charnières cervicales qui tiennent le crâne sur le tas de viande aura beaucoup de mal à ne pas péter tellement le rock’n’roll est ici personnifié dans sa forme la plus efficace : de la gratte, de la basse et de la batteuse, avec au mike un grizzly bien plus fin vocalement que les sourdingues pourraient l’entendre, un trip à mi-chemin entre Seattle (MC5STOOGES), New York (RAMONES) et le sud profond dixie des LYNYRD SKYNYRD. Un immense plaisir et pour être sûr que les mecs du groupe comprennent un mot de cet incessant verbiage : what a fucking great gig we had, fuck all of you who didn’t show up, the other bands play, ANTISEEN kill !!!! Support !!!!! 

Et pis l’ogre, zi aind 

Spéciale Ged-y-casse aux sauvages qui se sont bougé le fion pour venir, en particulier le ver dans la bouteille mais aussi VirginieAliceMarion,VinssBougli... Barrez-vous !!!!!

[Photo par Marina !]

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac