Une petite contribution ?

Expositions / Salons
13
Jan
2021
Hop hop hop hop, ne commençons pas, on vous voit venir avec Béziers
dont on ne parle souvent et partout que pour de mauvaises raisons (polémiques à dix francs, journaux de voleurs, ambiance insupportable, Tino Rossi à 666 décibels…), on se permet donc de rappeler qu’il y existe également un bastion inexpugnable de la culture qui nous a déjà ravi de son bon goût en matière d’expositions et autres concerts : sa médiathèque immense et fournie (curieux, clique donc sur Médiathèque André Malraux).

 
Il était temps, on est tout de même à deux doigts de l’in extremis, que nous allions faire un tour à l'exposition de Max Cabanes que l’on ignorait natif de la ville : de la lettre qui le convie à se présenter à la rédaction de Pilote (signée, excusez du peu, par René Goscinny en personne) dont les photos de la rédaction, à la manière d’une certaine Cène ou sous forme d'équipe sportive, ne manquent pas de noms prestigieux, à son inaugurale et superbe adaptation de Lovecraft (un de nos - Anciens ? - dieux perso), y a d’la belle ouvrage dans les vitrines tudieu !
 

Certaines montrent un aperçu du travail de la future mise en page avec des cahiers qui montrent les descriptions des choses qui vont peut-être être dessinées ensuite ainsi que les textes et les crayonnés. Le crayon, oui, mais aussi les acryliques, les encres de Chine ou la peinture dite classique, des impressions sur aluminium rappelleront à tous les amateurs que ne fut pas usurpé le Grand Prix de la ville d'Angoulême dont il signa l'affiche en 1991. Bien sûr, on peut aussi se délecter les œils de nombreuses planches issues de différents albums de la bibliographie féconde de l'auteur qui adapta aussi l’inoubliable Jean-Patrick Manchette, death-y-dément on est en phase !
 
 
On apprécie sur l'exposition l'éclairage particulier donné sur certains aspects : les femmes, les décors, les actions, très belle expo en vérité à aller voir rapido donc puisqu'elle s'approche de la fin (24 janvier = THE END).

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac