Chroniques CD
20
Sep
2012

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

Loin, très loin, pour ne pas dire aux antipodes des sentiers battus et rebattus par votre non-serviteur,

LE GITAN NOIR parvient pourtant à l'épater. Foi de barbare, le groove ultra peace qui fait s'enchevêtrer cette gratte sèche imparable, cette trompette batifolante et cette voix suave fait battre les cannes sous la table, secouer le bocal et claquer des doigts. Ouaip, pourtant la voix typée soul moderne n'est pas du tout l'habituelle tasse de thé de la maison mais c'est avec ses péripéties flamensoul (copyright les mecs, pas de blague) que le montpelliérain tire ses marrons du feu avec dextérité. La guitare habituellement rencontrée chez les manouches s'amuse ici à tisser une trame qui se révèle moins incongrue qu'on ne l'aurait cru de prime abord... Le (très) sucré de la voix - que l'on préfèrera sûrement live vu le coffre du bonhomme quand on le croise dans une radio de bon matin par exemple - et le salé de ces cordes malmenées par des mains expertes forment un alliage à la fois certainement inédit et promis à un public beaucoup plus large qu'actuellement, il suffit d'écouter le très Keziah Jones On vient de là pour l'imaginer sans peine. On pense parfois à Prince voire à un Corneille débarrassé de ses tics (frémissez les thrasheurs lecteurs !). Le chanteur invite même les acheteurs à faire des copies de ses albums pour les propager au max', le genre d'attitude qui fait craquer ici, avouons-le.

De la passion, du talent et une propension au rire irrésistible, comment barrer la route au GITAN NOIR ? Un insoutenable calvaire pour les sauvages mais un mets délicat pour les friands de douceur dans ce monde de brutes.

http://www.deezer.com/fr/music/le-gitan-noir

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

darry cowl biographie cinéma livre