Chroniques CD
22
Nov
2013

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

[Publié à l’origine sur Dead Fucking Church M’Aaagh # X]

Ouais, ouais, c’est vieux aussi mais c’est la dernière chose que m’a envoyée mon pote George d’ATAVISM, un des plus vieux contacts de Dead Church 1, un bon gars qui gave toujours ses courriers de flyers multi-tamponnés et de tout un tas de choses qui rappellent autrefois.

Chez ATAVISM, à part un chouette nouveau logo de chez Art of Gore, rien de vraiment neuf en terre de Grèce, on ne ressent jouissance que tronçonneuse au poing, découpant violemment les membres de quelque autostoppeur égaré sur la route de l’Acropole. Musicalement, c’est toujours à MORTICIAN que l’on pense à l’écoute de cette effroyable boucherie primitive, ressemblant à s’y méprendre au démarrage d’une estafette qui roulerait à la goutte jurassienne. Vocaux hyper-profonds, extraits de films d’horreur bis, passages lents comme les aiment AUTOPSY et INCANTATION puis coups de speed qui blastent tout ce qui bouge, quelques reprises déjà entendues de MORTICIAN (au hasard) et AGATHOCLES, non, vraiment, rien n’a changé chez ATAVISM et c’est tant mieux, on commence à pencher ici vers les groupes régressifs vu ce que l’on veut aujourd’hui nous faire passer pour du punk ou du metal. Stay fucking brutal les copains, ici ça plaît encore le bourrinage intensif même si le son des différentes sessions passent du supportable à l’inaudible !!

Les gentils plaisantins espagnols de DECREPIT ARTERY ne font pas dans la dentelle non plus, forcément avec un nom pareil on se doute que le néoclassique n’est pas au programme, là encore les hurlements de donzelles éviscérées égayent l'andouille de passage sauf que la boîte à rythmes qui fait office de batterie est de trop et du coup ça gâche un peu tout le paysage. Le chant s’apparente au cri d’un goret qu’on aurait balancé dans un mixeur et la guitare ultra grave ferait peur à une basse. Du brutal grinding death metal débilos total effrayant de brutalité et d’amusicalité. Affreux, sale et méchant. Et accessoirement plutôt rébarbatif.

A se procurer éventuellement pour ATAVISM, le reste ne vaut pas tripette, faut quand même bien l’admettre.

1 agad' là : ATAVISM [Gre] Corpses Cataclysm (Autoprod) 1998, ATAVISM [Gre] Craving for flesh (Autoprod) 1999, FLATULATION [Fra] / ATAVISM [Gre] Split 7’’ (Bleurk Prods) 2001 et CARKEMIS [Bra] / ATAVISM [Gre] Split (Rotten Fetus Prods) 2002. On a même pour les lecteurs de l'extrême une antique interview là : ATAVISM [Gre].

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

blake mortimer jacobs bd aventure égypte
extreme brutal death metal france
ronnie james dio heavy metal vinyle
caddeo giallo freakorama documentaire