Une petite contribution ?

Chroniques CD
17
Nov
2020

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

L’intro E5150 sonnerait presque cauchemardesque, tous les monstres en couverture seraient-ils en fait les véritables membres du BLACK SABBATH ?

Les claviers de Geoff Nichols (l’éternel homme invisible, mais pas - tout à fait - inaudible) instaurent ensuite un peu de magie qu’un riff monstrueux vient faire voler en éclats, Neon knights d’entrée là comme ça, c’est un marteau géant qui tombe du ciel, un vrai bonheur pour les secoueurs de tête du monde entier, une locomotive à laquelle s’accrochent les superbes Children of the sea, Voodoo, The Mob rules, ou Heaven and Hell (aux jolis moments de guitare, douze minutes de folie en tout !).

Seulement, les morceaux de la période Ozzy manquent de la facette doomy / aliénée qu’on leur connaissait, si Black Sabbath (le morceau), Paranoid, Children of the Grave ou Iron man passent plutôt pas mal, N.I.B, War pigs, (perclus d’un solo de batterie) semblent joués trop rapidement, trop metal, soit pour s’en débarrasser, soit pour montrer plus clairement la facette plus moderne du groupe pionnier d’un genre galvanisé par l’attaque générale du heavy metal britannique sur le monde. Attention, la voix de Ronnie est impressionnante et le groupe reste une formation inattaquable mais…

Ces concerts choisis pour être enregistrés sur le Mob rules US Tour (Seattle, San Antonio, Dallas) devaient être quelque chose à voir, dommage qu’en même temps ceux-ci fassent partie des derniers que ce line-up donnera puisque celui-ci explose (équation : drogue + éreintement + égos = cata) pendant la conception du successeur à l’inopiné Live at last (1980) mais aussi concurrent du Speak of the Devil…d’Ozzy ! Dio et Vinnie Appice, récent remplaçant de l’originel Bill Ward, se tirent former DIO, le groupe, Iommi et Butler se retrouvant à nouveau au point de départ, ils reviendront avec une nouvelle formation que…personne n’aurait pu prévoir !

Ce chouette digipak contient un livret avec photos et une interview menée par Steffan Chirazi (Kerrang!)

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac