Chroniques CD
28
Avr
2022

Les étoiles évaluent le plaisir ressenti à la découverte des œuvres, rien à voir avec une quelconque note !

hard punk stoner rock cd

¡Hola que tal!

Cette guitare hispanisante nous donne envie de prononcer des phrases telles que « Allons à la plage Monsieur Renard », mais ce n’est que pour quelques secondes. Car après c’est la tannée administrée par des professionnels : le trio a méchamment secoué dans sa gnôle sonique du punk, du hard, du rock brut de chez brut, du heavy blues aussi tiens, le quetru à la fois crasseux et classieux (crassieux ?) comme le MOTÖRHEAD des débuts s’il était allé se faire cuire une boîte de fayots dans le désert le plus proche, cuillère en bois et tasse de café qui réveillerait les morts posés juste à côté. Et du peyotl accidentellement tombé dans la casserole.

Le Soleil Rouge d’Atacama cramera les feuilles, les cris et les riffs incendiaires ne manquent pas, les vrombissements de basse non plus, et cette batterie doit forcément être masochiste. Sauf que le groupe ne fait pas que taper sur le bocal, il sait séduire, hypnotiser voire faire rêver son auditeur via un psychédélisme de tous les instants, fût-il inspiré par des moments-perchages tout à fait merveilleux (Antares) ou par un son général renversant (Amaury Sauvé est death-y-dément un killer). Pour parfaire le truc, il aurait fallu un emballage ultra-classe et c’était le carton plein. C’est le carton plein : le digifile est superbe.

Ces types sont écœurants à la fin (et Mrs Red Sound aussi d’ailleurs).

C’te claque !

https://elsolrojodeatacama.bandcamp.com/album/d-a-r-w-i-n

Les mots-clés :

Quelques chroniques en vrac

fanzine metal leprozy béziers france
iron maiden heavy metal live cd
marilyn manson biographie livre indus
louis de funès comédie film banque